Apple repart à l’assaut de l’éducation

Mobilité

Après les critiques qui ont fusé aux Etats-Unis sur la façon dont la firme à la Pomme avait géré son marché phare, Apple remonte au front, autour de Steve Jobs et de Cheryl Vedoe. Avec comme ferme intention de reprendre la première place, ravie il y a quelques mois par Dell. Que réserve l’éducation à Apple en 2001 ?

L’année dernière, Apple avait radicalement changé sa façon de s’adresser à un de ses marchés phares, l’éducation. Les premières réactions des professeurs américains ne manquent pas de faire sursauter : vu de l’intérieur, le revirement d’Apple semble durement ressenti. Les profs ne comprennent pas le désengagement de la firme. Alors qu’ils appréciaient la proximité d’Apple, dont le système de ventes s’appuyait jusqu’à l’été dernier sur des contacts fréquents de représentants maisons ou VRP qui visitaient leurs clients dans les établissements, Cupertino a internalisé ses ventes ! La firme a regroupé sur une plate-forme téléphonique située à Austin, au Texas, l’ensemble de sa force de vente, dont près de 40 % était composée de nouveaux éléments. Grave erreur, car les profs et la communauté éducative sont très sensibles aux contacts et aux rencontres.

Un marché très particulier

Mais ce n’est pas tout ! Le parcours du combattant à effectuer pour imposer le Mac à l’école est digne de ceux des camps militaires ! De nombreuses forces interagissent sur ce marché. A l’intérieur des établissements d’abord, où la communauté éducative est souvent divisée sur les choix informatiques. Pour peu qu’un professeur puisse imposer une plate-forme plutôt qu’une autre et voilà le Mac écarté. Mais pas seulement : de plus en plus souvent, une pression des parents s’exerce sur les choix informatiques. Le PC est mis en avant pour sa représentativité et sa suprématie dans les autres secteurs d’activité. Mais d’autres problèmes émergent encore : les sociétés de services qui s’occupent des PC installés se chargent de former leurs utilisateurs et proposent même d’adapter des programmes aux besoins des établissements. Ajoutons à cela une tendance à l’uniformisation des parcs sur la base des machines tournant dans la partie administrative de l’établissement et la boucle est bouclée : le Mac et Apple se retrouvent rapidement sur la touche. Une forme de normalisation…

Comment contrer cette tendance ? 2001 est une année cruciale pour Apple aussi dans ce domaine. L’action de la firme commence à se faire sentir : les interventions d’Apple devraient avoir lieu simultanément en Europe et aux Etats-Unis pour relever le gant… Aux Etats-Unis, c’est Cheryl Vedoe qui va entraîner les troupes à la reconquête des parts de marché perdues. Elle s’est déjà rapprochée de la communauté éducative en lançant un appel à la réaction autour des valeurs véhiculées par ce secteur. Elle n’est pas novice en la matière et son message est sans appel : d’après elle et d’après Apple, l’accès à la technologie n’est que le premier pas. La firme de Cupertino peut d’ailleurs se permettre de le souligner, elle qui a participé à la définition de programmes avec des professeurs.

Un marché stratégique pour la Pomme

Et Cheryl Vedoe ajoute : “La discussion autour de la technologie dans l’éducation a besoin de dépasser la technologie ; il faut parler d’éducation.” Et de lister les acteurs de la communauté qui peuvent profiter des solutions d’Apple : les élèves ou étudiants, bien sûr, mais aussi les professeurs, les administratifs et les parents. L’action de Cheryl Vedoe ne va pas rester solitaire : Steve Jobs doit monter au créneau le 25 juin prochain, lors du Necc (National Education computing Conference), qui doit se tenir à Chicago. Il s’agit en fait du marché de l’informatique américaine pour l’éducation. La participation de Steve Jobs à cet événement est une première. Vous avez dit marché stratégique ?

Pour en savoir plus :

* La lettre à la communauté éducative de Cheryl Vedoe (en anglais)

* Le site du NECC (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur