Apple apporte son soutien au méga-fonds technologique de SoftBank

EntrepriseLevées de fondsStart-up
masayoshi-son-softbank

Dans une surprenante prise de position, Apple rejoint le club de prestige des investisseurs soutenant le SoftBank Vision Fund aux ambitions démesurées.

Qualcomm, Foxconn, fonds souverain d’Arabie Saoudite mais aussi le fondateur d’Oracle Larry Ellison et AppleSoftBank Vision Fund réunit un joli parterre d’investisseurs pour son démarrage.

Et ses ambitions sont infinies : devenir le plus grand investisseurs dans les technologies sur la prochaine décennie ». Ce fonds d’investissement est rattaché au groupe SoftBank japonais dirigé par Masayoshi Son qui évolue entre l’Internet, le hardware et les télécoms.

Annoncé en octobre 2016, il serait doté d’une capacité initiale d’investissement de 45 milliards de dollars d’ici 5 ans. Mais la dotation pourrait atteindre 100 milliards de dollars à terme.

SoftBank Vision Fund sera géré via une filiale britannique du groupe sous la houlette de Rajeev Misra, un ex-trader de Deutsche Bank et d’UBS qui avait rejoint le groupe IT japonais dès la fin de l’année 2014 en prenant les fonctions de directeur en charge des investissements stratégiques (« Head of Strategic Finance »).

Il sera susceptible de monter sur des domaines comme l’intelligence artificielle, la robotique ou l’Internet des objets.

Outre le fonds souverain d’Arabie Saoudite (« Saudi Arabian Public Investment Fund ») qui serait prêt à injecter jusqu’à 45 milliards de dollars dans SoftBank Vision Fund, celui des Emirats Arabes Unis pourrait rejoindre le club des investisseurs.

SoftBank Vision Fund : Apple compte s’impliquer

Selon une enquête du Financial Times, Apple a confirmé son soutien au SoftBank Vision Fund à hauteur d’un milliard de dollars.

« Nous travaillons étroitement avec SoftBank depuis des années et nous pensons que ce nouveau fonds va accélérer le développement des technologies susceptible d’être stratégiquement important pour Apple », a déclaré un porte-parole de la « Marque à la pomme ».

C’est une prise de position étonnante de la part de la firme de Cupertino, qui n’était pas intéressée jusqu’ici par les leviers de financement technologique.

Seules les opérations de croissance externe lui importaient, comme celles visant Beats (casques et plateforme pour la musique numérique) acquis pour trois milliards de dollars en 2014.

Mais, en 2016, un glissement intéressant est survenu en Chine : Apple a accepté d’investir un milliard de dollars dans Didi Chuxing (ex- Didi Kuaidi) du nom de la société technologique qui exploite une application pour smartphone de mises en relation entre chauffeurs indépendants et passagers inscrits sur le service (le concurrent américain Uber a fini par s’allier avec elle).

Selon le FT, Apple cherche des leviers à l’extérieur pour investir sa faramineuse trésorerie (240 milliards de dollars) et trouver des relais de croissance au-delà de la vente d’iPhone qui figure au cœur de sa gamme de produits numériques.

(Crédit photo : Masayoshi Son, CEO SoftBank)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur