ARM – Intel : Microsoft prône le meilleur des deux mondes pour Windows 10

ComposantsPCPoste de travailSystèmes d'exploitation
windows-10-arm-vr

Tout en travaillant avec Intel sur la définition du « PC de demain », Microsoft avance ses pions dans la prise en charge de Windows 10 sur les puces ARM.

Microsoft l’a réaffirmé lors de son événement WinHEC organisé en Chine : l’avenir de Windows s’inscrit en partie sur les puces ARM.

Pour autant, les travaux avec Intel se poursuivent en parallèle.

Le projet Evo l’illustre. Son objectif : définir les spécifications de ce que devra être « le PC de demain », pour permettre, entre autres, l’exploitation des technologies d’intelligence artificielle et de « réalité mixte », c’est-à-dire d’expériences associant réalité virtuelle et réalité augmentée.

L’initiative comprend aussi des volets sur l’identification biométrique ou encore la reconnaissance vocale.

Sur ce dernier point, l’idée est d’aborder la dimension des assistants pour le foyer numérique. Avec Amazon Echo et Google Home en ligne de mire, Intel et Microsoft ont travaillé sur l’optimisation de Cortana, notamment à travers des microphones longue portée capables de détecter la voix dans un large périmètre, comme le souligne The Verge.

Le projet Evo invite les partenaires OEM à créer des produits avec ou sans écran, tactiles ou non, et qui présentent, en fonction du format choisi, des capacités telles que la spatialisation audio, la prise en charge des Blu-ray Ultra HD ou une solution graphique permettant de piloter un dispositif d’affichage tête haute (HMD) à l’image d’un casque VR.

Au souvenir de Windows RT

En matière d’exploitation de la « réalité mixte » sous Windows 10, les spécifications minimales qui avaient fuité le mois dernier sont confirmées, avec davantage de détails.

Il faudra au minimum un processeur Core i5 bicœur avec Hyperthreading ou technologie équivalente, un GPU du niveau du HD Graphics 620 (qu’on trouve, selon TechCrunch, dans les puces « Kaby Lake » de milieu de gamme) compatible DirectX12, 8 Go de RAM, 100 Go d’espace disque (SSD recommandé) et une interface HDMI 1.4 (2 880 x 1 440 à 60 Hz) ou HDMI 2.0 / DisplayPort 1.3 (2 880 x 1 440 à 90 Hz).

L’offensive dans la « réalité mixte » se traduira par la prise en charge de WebVR dans le navigateur Edge et des vidéos à 360 degrés dans l’application Films et TV. Elle impliquera aussi la disponibilité, début 2017 pour les développeurs, de plusieurs casques signés Acer, Asus, Dell, HP et Lenovo. Ars Technica souligne que 3Glasses va rejoindre la boucle avec son casque déjà vendu à plus de 5 millions d’exemplaires en Chine.

2017 devrait également marquer le lancement commercial de PC portables dotés de puces ARM et capables d’exécuter des applications « traditionnelles » Win32. Le tout sans nécessiter de recompilation, grâce à l’implémentation d’un mécanisme d’émulation.

Seul une référence de SoC est concernée pour l’heure : le Snapdragon 835 de Qualcomm. Couplé à cette émulation x86 32 bits, le rapport performance par watt avantageux de l’architecture ARM permettrait d’avoir des machines à l’autonomie prolongée tout en pouvant exécuter des milliers d’applications, sans les contraintes qu’imposait Windows RT.

Microsoft songe à exploiter l’aspect connectivité des puces de Qualcomm en commercialisant des offres data directement sur le Windows Store et en exploitant la technologie de SIM virtuelle e-SIM, note Recode.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur