AT&T s’intéresse à Mac OS X et Linux

Cloud

L’opérateur se donne un an pour évaluer les différents systèmes d’exploitation susceptibles de remplacer Windows sur les postes de travail.

Le directeur du système d’information d’AT&T a mis sur pied une équipe d’experts pour évaluer la pertinence des systèmes d’exploitation pour ordinateurs de bureau. Windows, Linux et Mac OS X doivent ainsi être testés pendant une année, jusqu’à fin 2005 ou début 2006, afin de déterminer leurs capacités en termes de performances, de fiabilité et de coût total de possession. Cette question concerne quelques dizaines de milliers de postes informatiques, selon notre confrère CNet. Pour l’opérateur comme pour les autres entreprises, l’éventail des possibilités s’élargit et les directeurs informatiques fuiraient leurs responsabilités s’ils ne faisaient pas aujourd’hui le point sur les options disponibles. AT&T considère ainsi Linux et Mac OS X comme des systèmes d’exploitation susceptibles de remplacer Windows sur les ordinateurs de bureau.

Les témoignages de satisfaction vis-à-vis des solutions tournant sous Linux ou Mac OS X se multiplient ces derniers temps, de même que les offres basées sur des systèmes d’exploitation Unix. IBM, Novell et Sun Microsystems cherchent à développer une offre Linux comme système d’exploitation pour machines de bureau. Il faut dire que la plupart des entreprises remettent en question l’homogénéité de leurs parcs informatiques, à l’heure de l’optimisation des coûts de fonctionnement. Parallèlement, la diversification des besoins informatiques milite pour le choix de solutions sur mesure. Des entreprises comme Colsa (voir édition du 22 juin 2004), la CGG (voir édition du 7 septembre 2004), certaines administrations mais aussi des centres de recherche et des universités (voir édition du 4 septembre 2003) sont ainsi passées sur Mac en raison de la meilleure adéquation de l’offre d’Apple à leurs besoins. De même pour Linux, dont on ne compte plus les implémentations en entreprises (voir édition du 16 juillet 2003).

Une pression supplémentaire sur Microsoft

Ce renouvellement d’intérêt pour les solutions alternatives intervient alors que de plus en plus de questions sont soulevées concernant le développement de Longhorn, le futur système d’exploitation de Microsoft (voir édition du 30 septembre 2004) qui doit faire oublier l’image d’insécurité et de non-fiabilité que les dernières versions ont développée au fil des dernières années. La maturité de ces offres alternatives pour les entreprises représente pour le géant mondial des logiciels une pression concurrentielle, qui s’ajoute à celle relative à l’amélioration de la sécurité et de la fiabilité de son système d’exploitation. La démarche d’AT&T sera donc suivie de près, tout autant que ses conclusions, et aura également valeur d’exemple pour nombre d’entreprises.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur