Vidéo Axel Detours – Carving Labs : « Avec le wallet, les cartes de fidélité vont se dématérialiser »

E-commerceE-paiementMarketing
alex-detours-carvinglabs
3 2

Cofondateur de Carving Labs, Axel Detours était sur le salon E-Commerce Paris pour présenter cette société spécialisée dans la dématérialisation des cartes de fidélité.

Délivrer des notifications push sur un téléphone portable sans faire télécharger d’application à l’utilisateur : c’est l’une des promesses de Carving Labs.

Cofondateur de cette société parisienne qui se présente comme un « opérateur de fidélité mobile », Axel Detours était sur le salon E-Commerce Paris pour présenter sa technologie de dématérialisation des cartes de fidélité.

Particularité de cette offre : elle s’appuie sur les wallets natifs ; c’est-à-dire les portefeuilles électroniques préchargés sur les téléphones. En l’occurrence, Passbook (devenu Wallet) sur iPhone et Android Pay (ex-Google Wallet) sur les terminaux Android.

Une fois les cartes de fidélité dématérialisées (et éventuellement des coupons, des tickets ou encore des billets), une plate-forme marketing entre en jeu. C’est elle qui permet, en fonction des règles de fidélisation ou de promotion définies par la marque, de pousser des notifications.

Pour Axel Detours, le plus difficile reste de « boucler la boucle ». Plus précisément, mettre à niveau le système d’information de l’entreprise pour s’assurer que la carte soit bien, sous sa forme dématérialisée, reconnue en caisse. Dès lors, il devient possible de connaître le client et d’entreprendre ces actions post-achat.

Pourquoi passer par les wallets plutôt que de développer une application. Une question de budget. « Tout le monde ne peut pas se permettre d’utiliser tous les canaux mobiles », explique Axel Detours. Et d’ajouter : « Il n’est pas facile de se placer, car 80 % du temps passé sur mobile l’est sur 4 ou 5 applications ; alors que le wallet offre une grande pénétration dès le départ ».

Reste à effectuer « un gros boulot d’évangélisation », peu de commerçants s’étant approprié ce levier (les transporteurs, de la SNCF aux compagnies aériennes, ont une longueur d’avance). Mais les statistiques de retour sur Passbook sont encourageantes, au même titre que le taux de conversion des coupons envoyés lors des campagnes : 30 %, contre 10 % en temps normal.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur