Azure RemoteApp : Windows fait un pas vers le cloud

CloudPoste de travailSystèmes d'exploitation
microsoft-azure-remoteapp

Dans le cadre de sa conférence annuelle TechEd, Microsoft a lancé une version préliminaire du service Azure RemoteApp, qui permet d’exécuter des applications Windows sur les environnements Android, iOS et OS X.

Ce n’est pas encore un OS “full cloud”, mais on s’en approche.

Microsoft a profité de sa conférence TechEd – qui réunit chaque année les professionnels de l’IT – pour dévoiler une préversion d’Azure RemoteApp. Jusqu’alors connu sous le nom de code Mohoro (île située dans l’archipel de la Grande Comore), ce service permet d’exécuter des applications Windows sur un large éventail d’appareils et de systèmes d’exploitation, notamment Android, iOS et OS X.

Ce concept d’accessibilité “à la demande” s’apparente à celui mis en place par Amazon Web Services avec la solution de bureaux virtuels WorkSpaces, qui autorise la définition de machines virtuelles sur mesure, avec administration centralisée et paiement des ressources à l’usage.

Microsoft s’appuie sur la puissance de la plate-forme cloud Azure pour proposer des mises à jour automatiques, des sauvegardes chiffrées, une protection antivirus et des sessions persistantes avec 50 Go de stockage. Les données sont donc conservées et synchronisées entre les différents terminaux de l’utilisateur, qui accède aux applications comme si elles étaient installées en local. Quant au client RemoteApp, il est exécuté dans sa propre fenêtre redimensionnable et dispose de sa propre entrée dans la barre des tâches.

Actuellement disponible aux Etats-Unis, en Europe de l’Ouest et en Asie du Sud-Est, l’offre peut être déployée dans une architecture hybride pour exploiter des ressources sur site et intégrer notamment la gestion d’identités via les annuaires Active Directory. Reposant sur Windows Server, elle exploite le protocole RDP et son extension RemoteFX.

Microsoft annonce une disponibilité générale pour la fin de l’année. A cette échéance, la compatibilité sera assurée avec Windows Phone et Windows RT en complément à Android, iOS, OS X… et Windows. L’éditeur travaille très certainement sur un modèle de souscription à l’instar de ce qui se fait déjà avec la suite bureautique Office 365.

Pour l’heure, l’accès à la preview est gratuit, avec un accès sans surcoût à Office 2013 ProPlus. A terme, il s’agira d’ouvrir la plate-forme aux partenaires – revendeurs, OEM – afin qu’ils y intègrent leurs propres outils pour répondre plus pertinemment aux stratégies verticales en entreprise, avec une cible principale : les salariés en déplacement. Mais Azure RemoteApp vise aussi les collaborateurs externes, les télétravailleurs et les intérimaires… en permettant d’éviter les coûts liés au redimensionnement de l’infrastructure sur site.

Dans un autre registre, le virage vers le cloud pourrait, à l’horizon 2015, toucher plus sensiblement le grand public : Microsoft parierait sur Windows 9, un système d’exploitation entièrement cloud, sur le modèle de Google Chrome OS. C’est tout du moins ce qui ressort des investigations d’un groupe de pirates informatiques russes baptisé WZOR.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous bien Microsoft ?

Crédit photo : phloxii – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur