Barack Obama et John McCain découvrent le potentiel Internet… et ses dérives

Mobilité

Alors que la course à la Maison Blanche se poursuit, les candidats se mobilisent contre les attaques virales dont ils sont victimes sur le Web.

Engagés dans un face à face pour la présidence des Etats-Unis, Barack Obama et John McCain découvrent les ressources du Web pour peaufiner leurs stratégies. Mais ils sont aussi confrontés à ses dérives.

Victime d’une virulente campagne de diffamation sur Internet, Barack Obama a décidé de mettre en place une unité chargé de répliquer à ce genre d’attaques virales. A cause de sa couleur de peau et de ses origines, le candidat démocrate a largement été la cible de fausses rumeurs, potentiellement dévastatrices pour son image.

Des milliers d’e-mails envoyés sous forme de mailing lists présentent Barack Obama comme un candidat musulman, élevé en Indonésie dans une école fondamentaliste. Des allégations calomnieuses car Obama est en fait un chrétien dont le père Kenyan était musulman.

Des allégations mensongères qui ont un impact

Barack Obama ainsi que sa femme Michelle ont également été attaqués sur leur patriotisme, un attribut indispensable lorsqu’on souhaite accéder aux hautes fonctions présidentielles aux Etats-Unis. Obama a négligé à plusieurs reprises d’arborer un pin’s à l’effigie du drapeau américain lors d’apparitions publiques et sa femme a déclaré en février que, “pour la première fois, elle était fière de son pays”.

Des arguments dont se servent des électeurs opposés à Obama – aussi bien dans le camp républicain de John McCain que de Hillary Clinton en pleine bataille pour les primaires côté Démocrates – pour mettre en doute sa foi et son patriotisme.

Ces allégations mensongères ont cependant porté leurs fruits : selon un sondage réalisé à la mi-mars, 13% des Américains pensent qu’Obama est musulman, c’est 5% de plus qu’en décembre 2007. Le même sondage souligne que seuls deux tiers des personnes interrogées pensent que le candidat démocrate est patriote, alors que ce taux monte à 90% pour son rival républicain.

Incroyable le Net

John McCain est également, bien que dans une moindre mesure, victime de fausses rumeurs, notamment sur la durée de sa détention dans un camp de prisonniers du Vietnam lors du conflit survenu en pleine Guerre froide.

Le candidat républicain, qui approche les 72 ans, a déclaré se servir d’Internet pas seulement pour combattre les calomnies mais aussi pour recruter son vice-président. “C’est incroyable ce qu’on peut trouver sur Internet”, a-t-il déclaré lundi.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur