BEA contraint de jouer la surenchère

Cloud

Le leadership de BEA Systems dans les serveurs d’applications J2EE est de plus en plus contesté par IBM, Oracle… ou même les produits Open source. Du coup, la seule solution pour se ménager un avenir est d’innover. C’est dans ce contexte que l’éditeur a présenté la nouvelle version de WebLogic…

BEA Systems a profité d’eWorld – la conférence annuelle réunissant à Orlando, aux Etats-Unis, partenaires et clients – pour présenter la version 8.1 de son produit phare, la plate-forme d’intégration WebLogic Platform. Cette dernière est bâtie autour d’un socle, le serveur d’applications J2EE de BEA, lequel a été au fil du temps enrichi de modules complémentaires pour former un ensemble unifié permettant le développement et l’intégration d’applications Java. Ainsi WebLogic Platform comprend-t-il, outre le serveur d’applications, un environnement de développement, une couche d’intégration applicative, un portail et une machine virtuelle Java. A noter que les principaux concurrents de BEA sur le marché des serveurs d’applications J2EE ont fait évoluer leur produit dans le même sens.

Il semble que l’apport spécifique de la version 8.1 de WebLogic Platform réside dans les progrès réalisés au niveau de l’outil d’aide au développement d’applications Java, WebLogic WorkShop, qui a été doté d’une interface graphique plus aisée à manipuler. Ses fonctionnalités ont été en outre complétées de sorte qu’il ne nécessite plus l’adjonction d’un outil d’un éditeur tiers, comme JBuilder de Borland, comme c’était le cas dans les versions précédentes. Selon les dirigeants de BEA, grâce à WebLogic WorkShop, il serait théoriquement possible à un utilisateur non expert du langage de développer une application Java et de la connecter à d’autres applications ou bases de données. A son propos, ils parlent de programmation basée sur les processus métiers.

La concurrence du libreLa sortie de la version 8.1 intervient dans un contexte de durcissement de la concurrence sur le marché des serveurs d’applications J2EE. Selon plusieurs cabinets d’études, Oracle et surtout IBM gagnent des parts de marché sur BEA ; par ailleurs, les produits libres de droits tel que Jboss commencent à s’implanter en entreprise, au moins dans le cadre de projets limités, par exemple circonscrits à un département. C’est d’ailleurs pour contrer la montée en puissance des serveurs d’applications Open source que BEA commercialise depuis peu une version allégée de WebLogic (voir édition du 7 février 2003).

Quant à la concurrence des éditeurs tels que IBM, Oracle ou Sun, elle pose problème à BEA en ceci qu’ils tendent à livrer leur serveur d’applications à un prix Faible, voire gratuitement, en complément d’une prestation de service, une base de données ou encore un serveur Unix, ce que ne peut se permettre BEA qui n’est qu’éditeur et n’a que WebLogic à proposer. Du coup, il est contraint d’améliorer à marche forcée les fonctionnalités complémentaires au serveur d’applications proprement dit, et ce pour justifier le coût de son produit. WebLogic Platform 8.1 sera disponible à l’été.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur