Bientôt une puce de silicium pour détecter la grippe aviaire

Mobilité

STMicr?lectronics et les laboratoires Veredus mettent au point une solution de diagnostic du virus du H5N1 à partir d’une puce jetable.

Le fabricant de composant électroniques STMicr?lectronics et les laboratoires Veredus mettent la dernière touche finale à la mise au point d’une solution de dépistage rapide du H5N1 plus communément appelé virus de la grippe aviaire. Selon les deux acteurs, “cette solution de diagnostic, qui utilise un équipement fiable et peu coûteux, fournit des résultats après un test d’environ une heure”.

En évitant de multiplier les procédures de dépistage, comme c’est le cas actuellement, la solutions de STMicr?lectronics et Veredus permettrait donc de gagner de précieuses heures dans la détection et le traitement (potentiel) de l’infection de grippe aviaire. Deux versions de la solution seraient proposées : une pour les humains, l’autre pour les oiseaux. Malheureusement, Verderus n’entend pas commercialiser sa solution avant la fin de l’année, finalisation des tests de certification oblige.

Laboratoire sur puce

La solution repose sur la plate-forme In-Check de STMicr?lectronics présentée comme “un laboratoire sur puce complet”. Il s’agit d’une puce de silicium intégrée dans un morceau de plastique à la taille équivalente à celle d’une plaquette de laboratoire. L’ensemble contient son propre dispositif de réaction PCR (réaction en chaîne de la polymérase) intégré. Autrement dit, le système permet de dupliquer et séparer les différentes souches d’ADN ainsi cultivées selon les cycles de températures précis.

La solution est basée sur une puce jetable dont l’utilisation unique limite les risques de contamination par rapport aux méthodes d’analyse traditionnelles. D’autre part, les résultats peuvent être analysés à partir d’un ordinateur, notamment portable, par l’intermédiaire d’un lecteur utilisant l’acquisition de signaux optiques puis analysés par le logiciel bio-informatique spécialisé de STMicr?lectronics. Ce qui donne un avantage certain en terme de mobilité.

La solution ne s’arrête pas à la détection de la présence du virus de la grippe aviaire. “Nous développons activement des puces pour détecter la malaria, la dengue, le virus West Nile, la fièvre jaune, la fièvre typhoïde, l’encéphalite japonaise et d’autres maladies”, déclare le docteur Rosemary Tan, dirigeant de Veredus, dans le communiqué.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur