Bing intègre Twitter à ses résultats de recherche

Mobilité

Pour tenter de se distinguer, Bing, le nouveau moteur de recherche de Microsoft, propose dans ses pages de résultats les billets de certains profils populaires issus de Twitter.

Lancé début juin, Bing, le nouveau moteur de recherche de Microsoft, tente de convertir les internautes à sa cause. A cet effet, Bing.com a trouvé un moyen pour se distinguer de ses grands rivaux, Google et Yahoo : indexer les mini-messages en provenance de Twitter dans ses pages de résultats.

Microsoft espère ainsi surfer sur la popularité du service de micro-blogging, qui a récemment beaucoup fait parler de lui en devenant un des porte-paroles sur le Web des opposants iraniens. En février dernier, l’institut Nielsen Online a estimé que Twitter a recensé sept millions de “hits” contre 2 millions un an plus tôt.

Bing recense donc en temps réel sur ses pages les gazouillis des plus éminents membres de Twitter, comme ceux d’Al Gore ou les mini-billets des profils les plus populaires, c’est-à-dire ceux générant les plus importants volumes de production et ceux qui sont le plus suivis par les autres membres de Twitter. Pour le moment, Bing ne répertorie que quelques milliers de profils.

Par ailleurs, pour augmenter sa visibilité, Microsoft a ouvert à Bing sa propre page sur Twitter. Sean Suchter, directeur général du centre de recherche de Bing, n’hésite par, sur le blog dédié au moteur de recherche, un faire un petit coup de pub pour Bing : “Même si nous ne sommes pas populaire, nous sommes prolifiques, alors n’oubliez pas de nous suivre sur Twitter !”, précise-t-il.

En effet, un mois après son lancement, Bing n’a pas encore changé la donne dans le secteur des moteurs de recherche. En France, selon AT Internet Institute, “on peut constater que le décollage attendu n’a pas encore eu lieu”. Le jour de son lancement le 1er juin, Bing a enregistré une part de visites en France de 2,27%, pour atteindre le lendemain une part de 2,75%. Depuis, sa part de marché a oscillé entre 2,60% et 2,84% (étude réalisée du 11 mai au 20 juin 2009 à partir d’un échantillon de 91 732 sites Web). Alors que la part de Live Search au mois d’avril 2009 se situait à 2,90%.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur