BlackBerry s’empare d’AtHoc : de la matière pour BBM

EntrepriseFusions-acquisitionsMobilitéStart-up
blackberry-athoc
3 1

BlackBerry va enrichir son service de messagerie instantanée BBM en y intégrant les technologies de communication d’urgence issues du rachat d’AtHoc.

AtHoc développera désormais ses services sécurisés de communication pour le compte de BlackBerry.

Le groupe canadien a mis la main sur cette start-up lancée en 2005 dans la Silicon Valley (à San Mateo) et qui compte, dans son portefeuille d’investisseurs, des références comme Greylock Partners ou Intel Capital.

A l’origine d’AtHoc, on trouve Guy Miasnik, qui occupe aujourd’hui les fonctions de président et CEO. Cet entrepreneur diplômé de l’université de Harvard s’était distingué à la fin des années 90 en revendant son entreprise de conseil en intégration au groupe informatique NetVision, spécialisé dans les plates-formes de gestion des serveurs Windows.

En dix ans d’exercice, AtHoc a surtout imposé son offre aux États-Unis. Les départements américains de la Défense, de la Santé, de la Sécurité intérieure et des Anciens combattants figurent parmi ses clients. Sur la liste, on trouve aussi la Croix-Rouge et la marine américaines, ainsi que des sociétés privées comme Microsoft.

Particularité de la plate-forme de communication proposée par AtHoc : elle se destine aux situations de crise. Avec une brique centrale : un système de messagerie d’alerte et de partage d’informations critiques.

Quatre-en-un

Exploitable sur site, en cloud public ou encore en configuration hybride, l’offre est divisée en quatre modules.

Le premier, baptisé « Alert », gère l’envoi et la réception de notifications sur de nombreux équipements et services. Non seulement ceux « nativement » connectés aux réseaux IP (smartphones, tablettes, panneaux d’affichage électroniques, réseaux sociaux…), mais aussi des dispositifs plus « traditionnels » (haut-parleurs, sirènes, radios, détecteurs de fumée…).

Cet Internet des objets au sens large permet une communication bidirectionnelle : leurs capteurs peuvent déclencher des alertes, mais aussi répondre, sous la forme d’une alarme sonore ou visuelle, à des signaux envoyés par des utilisateurs.

Ces alertes peuvent être massivement diffusées ou bien restreinte à des groupes d’utilisateurs, que ce soit en fonction de leur géolocalisation ou d’éléments comme leur groupe sanguin.

Le deuxième module (« Connect ») permet au personnel « sur le terrain » de faire remonter des informations et de signaler des situations d’urgence. Le troisième (« Account » a une visée plus proactive : il s’agit, pour les équipes de supervision, de s’assurer de la disponibilité du personnel pour mieux préparer la réponse à d’éventuels problèmes. La quatrième (« Connect ») autorise la collaboration avec d’autres entités sur des données sensibles.

Parmi les usages évoqués par AtHoc, la prévention d’un événement météorologique, l’évacuation d’une zone avant un tremblement de terre et la mise en place d’un plan de continuité en entreprise après la panne d’un système critique.

Le rapprochement avec BlackBerry devrait être finalisé pendant le 3e trimestre de l’exercice fiscal 2016 décalé du groupe canadien. C’est-à-dire au plus tard pour le mois de novembre.

Les solutions d’AtHoc seront couplées aux capacités du service de messagerie BBM en matière de communications voix et de partage de fichiers. Par exemple pour diffuser de la vidéo en direct avec la fonctionnalité BBM Meetings.

John Chen, CEO de BlackBerry, évoque « une extension logique » de sa stratégie qui s’oriente sur les logiciels et services, dont le chiffre d’affaires est en hausse annuelle de 150 % sur le dernier trimestre d’activité.

Crédit photo : Local Favorite Photography – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur