Blackphone 2 : le retour du smartphone Android ultra-sécurisé

MobilitéSécuritéSmartphones
4 5

SGP Technologies sort la deuxième version du smartphone ultra-sécurisé Blackphone sous un fork blindé d’Android 5.1.1 Lollipop (Silent OS).

Garantir aux mobinautes un contrôle total de leur vie privée, telle est le promesse de SGP Technologies qui propose une nouvelle itération de son smartphone ultra-sécurisé.

Alors que le premier Blackphone avait été dévoilé l’an passé, le Blackphone 2 a été dévoilé dans le cadre du Mobile World Congress en mars dernier. Il est dorénavant commercialisé, avec toujours la même promesse de garantir la confidentialité des données et des communications.

A cet effet, il évolue sous un fork blindé d’Android 5.1.1 Lollipop baptisé Silent OS (connu précédemment sous le nom de PrivatOS). Au coeur de cet OS et du Blackphone 2, on retrouve le chiffrement de bout en bout. Les appels, SMS et autres communications en Wi-Fi, Edge ainsi que 3G / 4G sont chiffrés grâce au logiciel Silent Phone et transmises via le VPN privé de Silent Circle.

Il y a également un système d’espaces virtuels autonomes ayant pour but de protéger les données, dont celles des applications en cours d’utilisation. Silent Contacts sécurise le répertoire tandis que Silent Text protège la messagerie et les transferts de fichiers.

Si l’OS embarqué a été modifié en profondeur, il permet maintenant d’accéder aux Google Services et donc au Google Play Store. Le terminal bénéficie aussi de ce fait du programme Android for Work, la plateforme de Google d’administration et de gestion des options de sécurité.

Le Blackphone 2 est fin prêt pour un usage au sein des organismes ou entreprises via une plateforme de gestion des terminaux mobiles (Mobile Device Management ou MDM en anglais) telle que celles de Citrix ou de Soti.

On notera qu’Android 6.0 Marshmallow introduit certaines fonctionnalités implémentées dans le Blackphone 2. La nouvelle mouture d’Android sera en effet dotée d’un nouveau modèle de permissions permettant aux mobinautes de contrôler plus finement et directement les permissions d’une application lors de son exécution.

La partie logicielle a donc été largement améliorée dans tous les compartiments. Ce fut déjà le cas en urgence en janvier 2015 lorsqu’une faille exploitable dans Silent Text permettant de pirater le Blackphone avait été découverte.

Le Blackphone 2 bénéficie aussi d’une mise à jour de ses spécifications matérielles. Exit l’écran de 4,7 pouces qui laisse place à un plus large écran de 5,5 pouces protégé par du Gorilla Glass 3 signé Corning. On reste sur une définition Full HD garante d’une finesse d’affichage de 400 ppp (pixels par pouce).

Sous le capot, on trouve le SoC (System on Chip) Snapdragon 615 de Qualcomm. La puce abrite un processeur avec deux jeux de 4 coeurs Cortex-A53 (dont l’un est cadencé jusqu’à 1,7 GHz) et une solution graphique Adreno 405.

Le SoC a déjà fait ses preuves dans de nombreux terminaux tels que l’Archos 50 Diamond ou encore l’Alcatel OneTouch Idol 3 5,5 pouces. Il est ici associé à 3 Go de mémoire vive tandis que le stockage est désormais assuré par 32 Go de mémoire flash interne, extensible par carte microSD (de 128 Go maximum).

Le terminal est aussi équipé d’un APN dorsal avec capteur rétro-éclairé (BSI) de 13 mégapixels et d’un second en façade avec capteur de 5 mégapixels.

L’ensemble est alimenté par une conséquente batterie de 3060 mAh qui pourra être rechargée très rapidement grâce au support de la technologie de recharge rapide Quick Charge 2.0 de Qualcomm.

Si les spécifications sont honnêtes, on reste loin de celles d’un modèle haut de gamme. Il faudra toutefois consentir à débourser 799 dollars hors taxes pour s’offrir le Blackphone 2 et sa promesse de sécurité portée aux nues. Il est uniquement disponible en Amérique du Nord. Mais il devrait prochainement débarquer au Royaume-Uni selon le site Internet de Silent Circle.

Blackphone : issue d’un rapprochement Silent Circle – Geeksphone

Le Blackphone a été développé par SGP Technologies, une entité née du rapprochement de Silent Circle et de Geeksphone.

Ce dernier est un fabricant de smartphones espagnol créé par Javier Agüera tandis que Silent Circle est un fournisseur de solutions logicielles de sécurité créé par Phil Zimmermann, père du logiciel de chiffrement Pretty Good Privacy (PGP) créé en 1991, à l’origine pour permettre aux activistes antinucléaires d’échapper aux opérations d’écoute menées par les services de renseignement.

En mai 2014 (c’est-à-dire en plein débat sur la confidentialité des communications électroniques), Silent Circle levait 30 millions de dollars.

Initialement enregistrée sur l’île de Nevis dans les Caraïbes, la société s’est implantée en Suisse, pays dans lequel un de ses data centers est implanté.

Mike Janke, P-DG de Silent Circle, estime d’ailleurs que c’est un argument de plus puisque la règlementation locale régissant la confidentialité y est extrêmement contraignante.

(Crédit photo @Silent Circle)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur