Blockchain : vers des agréments made in UK

GouvernanceLégislationRégulations
blockchain-FCA-agrements-distribution
4 78

Afin de faciliter les projets autour de la blockchain, l’organe britannique de régulation de la finance (FCA) pourrait distribuer des « agréments ».

Tout comme la Financial Conduct Authority s’intéresse à la FinTech, il paraît logique qu’elle s’intéresse à la blockchain. Depuis deux ans, le Royaume-Uni dispose guichet unique pour la régulation des start-up qui brassent finance et nouvelles technologies.

L’organe de régulation FCA* voudrait délivrer des agréments aux jeunes pousses et entreprises exploitant la blockchain du nom de cette technologie, qui est présentée comme un registre décentralisé de transactions susceptible de bouleverser toutes les activités d’intermédiations et dont l’essor était jusqu’ici lié à la monnaie virtuelle bitcoin.

Christopher Woolard, Directeur Stratégie et Concurrence au sein de la FCA, estime dans une interview accordée au Financial Times « qu’un petit nombre de sociétés mais néanmoins influentes » pourraient être interessé par la délivrance d’une certification. On devrait en savoir plus dans les prochains mois.

Les candidats potentiels sont fédérés au sein d’un groupe baptisé Project Innovate, un hub d’innovation de rupture qui a émergé à partir d’octobre 2014. Sur 177 entreprises évaluées, une quarantaine d’entre elle a rejoint ce cercle fermé la première année.

Cet agrément de conformité « FCA-blockchain » pourrait faciliter le développement d’entreprises innovantes. Ce processus de validation constituerait une première au niveau mondial. Néanmoins, il pourrait être limité dans son impact géographique. Car, sur fond de Brexit, le secteur FinTech risque d’être scruté en fonction de la localisation du siège social de la start-up.

En France, le journal Les Echos s’est tourné vers le régulation national de la finance pour lui demander si une initiative similaire d’agrément blockchain avait été enclenchée. C’est trop tôt, selon l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). Celle-ci évoque la blockchain en termes de « phase exploratoire ». Aucun agrément n’a été accordé par l’ACPR à un établissement qui utiliserait cette technologie au coeur de son modèle d’entreprise.

Néanmoins, la prise de conscience et le passage à l’action avancent avec l’ouverture récente d’un Forum FinTech et d’un pôle FinTech-Innovation pour appréhender les enjeux et accompagner les start-up positionnées sur ce créneau.

* Autorité britannique de supervision micro-prudentielle, équivalent de l’autorité des marchés financiers (AMF) et de l’ACPR pour les établissements non systémiques pour la France

(Crédit photo : archive ITespresso)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur