Blockchain : la Fondation Linux prône un framework ouvert

Data-stockageE-paiementMarketing
blockchain-fondation-linux
2 13

La Fondation Linux veut explorer le potentiel blockchain en lien avec des acteurs IT (IBM, Intel, Cisco…) et financiers (Wells Fargo, Deutsche Börse…).

Créer la blockchain pour le business. C’est l’ambition de la Fondation Linux et IBM, qui réunissent des grands acteurs pour avancer de manière cohérente sur cette couche technologique décentralisée d’enregistrement et de vérification des transactions que l’on retrouve derrière le bitcoin.

L’objectif est de favoriser l’épanouissement de Blockchain sous la forme d’une « technologie ouverte » en vue d’une adaptation framework pour des usages industriels et inter-sectoriels.

De quoi placer le sujet à un même niveau que Java, Linux, Open Stack, Node et Spark ? La Fondation Linux y croit.

Une impressionnante série d’acteurs ont accepté de suivre l’organisation à but non lucratif dédiée à Linux.

Les soutiens proviennent du monde des technos (Accenture, Digital Asset Holdings, Fujitsu, IBM, Intel, Cisco, VMware…), du secteur financier (Wells Fargo, Deutsche Börse, J.P. Morgan, London Stock Exchange Group…) sans oublier des consortiums déjà centrés sur ce sujet qui fait tourner la tête de la planète FinTech.

Comme le projet R3 qui associe des grands noms de la banque dans le monde (Société Générale étant la seule banque française à y avoir adhéré).

Signe que l’effervescence touche les fondements du monde de la finance : la Caisse des dépôts et consignations a annoncé la création d’un laboratoire blockchain en fédérant un certain nombre d’acteurs français de la banque et de l’assurance.

(crédit photo : Shutterstock.com – Droit d’auteur : pichetw)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur