BlockFest 1.0 : la blockchain est plus concrète avec un hackathon

Big dataData-stockageRéseaux
blockfest
1 12

Du 9 au 12 juin s’est déroulé, à l’école 42, le BlockFest. Qu’est-il ressorti du hackathon organisé dans le cadre de cet événement dédié à la blockchain ?

C’en est terminé du BlockFest 1.0.

L’événement a fermé ses portes hier soir, après quatre jours de conférences, de pitchs et d’expériences collaboratives autour de la blockchain dans les locaux de l’école 42 (Paris XVIIe).

La session inaugurale du jeudi 9 juin avait permis d’aborder les problématiques et les perspectives associées à cette technologie de registre décentralisé (voir notre article « BlockFest 1.0 : mythes et réalités de la révolution blockchain »).

Mais le temps fort du week-end fut le BlockSprint, session intensive organisée sur le modèle d’un hackathon, avec 42 inscrits.

Les 9 projets présentés – la vidéo est disponible sur Periscope – se sont répartis de manière égale entre trois blockchains : celle de Bitcoin, l’alternative Ethereum et le framework open source Hyperledger.

L’un de ces projets en est déjà à un stade avancé. Il s’agit de Daisee, qui exploite le principe du DAO pour permettre l’échange d’énergie en mode P2P.

Le Grand Prix du BlockFest est revenu à CryptoPress, qui mise sur la désintermédiation, la mutualisation des fonds et une gouvernance non pyramidale pour réinventer le modèle économique de la presse en protégeant les contributeurs, les fonds et les contenus. Le prix du public a été attribué à DAO1901, que l’on peut présenter comme un framework d’association loi 1901 sur Ethereum. Le gagnant du prix IoT est AdTrading, qui se décrit comme « l’Airbnb de la publicité » avec son réseau P2P sur Hyperledger pour mettre en relation annonceurs et diffuseurs de publicité. Le tout fonctionnant sur le PaaS Bluemix d’IBM, avec des garanties de transparence et d’immuabilité des données. AllMedia bénéficiera quant à lui de l’accompagnement de l’accélérateur 50Partners pour développer ses solutions de gestion du droit d’auteur, qui gèrent la redistribution des revenus sur l’ensemble de la chaîne de valeur. On aura également repéré VinoChain, qui cherche à « révolutionner la traçabilité et l’authenticité des vins de prestige » grâce aux registres décentralisés. Et Blocksante, qui applique le concept aux ordonnances médicales pour les rendre infalsifiables. Du côté de Mountain of Money, on s’est vu décerner le prix technique pour un système de prêts P2P sur Ethereum. Une solution qui pourra servir de base à des structures associatives de type fab lab.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur