Breega Capital vise la FinTech européenne avec un fonds de 100 millions d’euros

EntrepriseLevées de fondsStart-up
breega-capital-fintech

Breega Capital a réuni 100 millions d’euros pour un véhicule de financement qui ciblera, de l’amorçage à la Série A, les start-up européennes de la FinTech.

Objectif FinTech pour Breega Capital.

Le fonds français de capital-risque monte un véhicule d’investissement de 100 millions d’euros dédié à ce secteur, avec une visée européenne.

Une quarantaine de souscripteurs – essentiellement des banques et des compagnies d’assurance – sont dans la boucle, selon Challenges, qui évoque une demi-douzaine d’opérations de financement par an, pour un montant de 3 à 5 millions d’euros en premier tour et jusqu’à 10 millions à des stades ultérieurs de développement.

Baptisé « Breega Capital Venture 2 », le fonds scrutera particulièrement les marchés allemand et britannique, où l’écosystème FinTech et AssurTech est en effervescence.

Cofondateur de Breega Capital, François Paulus prône une diversité des investissements, aussi longtemps qu’il existe un potentiel « disruptif » pour les acteurs établis du secteur. « Il peut tout aussi bien s’agir d’une start-up qui imagine une plate-forme pour faciliter l’inscription d’employés […] à un club de gym », confie-t-il au Figaro, en référence au ticket mis dans Gymlib, qui a annoncé, cette semaine, avoir levé 3 millions d’euros.

Un référent RH

Un troisième véhicule pourrait être officialisé cette année, à en croire VentureBeat.

Le premier, lancé en 2015 avec une dotation de 50 millions d’euros, a financé une vingtaine de start-up.

Sur la liste figurent FretLink (optimisation des flux du transport de marchandises ; 6 millions d’euros levés en avril), Botfuel (plate-forme de développement de chatbots ; 1,3 million d’euros en mars), Novare Construction (qui se place en tiers de confiance pour les chantiers de rénovation avec la plate-forme Travauxlib ; 1,8 million d’euros en mars également) ou encore Exotec (système robotisé de préparation de commandes pour les entrepôts (3,3 millions d’euros fin 2016).

Breega Capital, qui suit par ailleurs des programmes comme celui qu’Orange France dédie à l’innovation dans les infrastructures télécoms, en profite pour consolider son équipe.

Robin Sappe – à l’origine de l’app mobile de partage de livres BooxUp – est recruté en tant que « directeur des ressources humaines en résidence ». Un métier qui consiste, comme il l’explique aux Échos, à accompagner les start-up du portefeuille de Breega Capital sur les problématiques RH : embauches, management, grille de salaires…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur