Brevets Kodak : Apple et Google acquéreurs en tandem ?

Régulations
Nokia Apple brevets

En quête de leviers financiers pour appuyer son redressement amorcé, Kodak pourrait accepter de vendre une partie de ses brevets au tandem Apple-Google pour 500 millions de dollars.

Apple et Google pourraient s’associer pour acquérir les brevets cédés par Kodak.

Dans sa quête de redressement,  le géant déchu de l’argentique espérait, à l’origine, monnayer une partie de sa propriété intellectuelle (1100 brevets)  à 2,2 milliards de dollars au bas mot.

Cet ensemble aurait retenu l’attention d’une vingtaine d’acquéreurs potentiels, comme le rappelle Bloomberg.

Mais Kodak se serait montré un peu gourmand. Les analystes conféraient pourtant une valeur bien supérieure à ce portefeuille qui inclut des technologies de capture et de partage d’images, en passant par leur retouche en postproduction.

Néanmoins, Apple et Google seraient prêts à débourser 500 millions de dollars pour récupérer le lot.

Un duo singulier au regard de leur rivalité sur le segment des OS mobiles (qui s’est transformé en guerre des brevets).

Kodak pourrait dégager un double bénéfice de cette transaction, qui constituait une condition sine qua non à l’obtention de prêts auprès de plusieurs bailleurs de fonds, à hauteur de 830 millions de dollars (dont 317 millions en refinancements).

Les fonds d’investissement Centerbridge Partners et GSO Capital Partners auraient apporté leur concours, au même titre que les banques JPMorgan et UBS.

Avec comme autre point d’appui un prêt de 950 millions de dollars contracté début 2012 auprès de Citigroup, Kodak espère recouvrer la santé financière au premier semestre 2013.

Après 132 ans d’exercice, l’ancien héraut du Super 8 et des appareils photo Brownie s’est déclaré en faillite en janvier 2012, amorçant sa restructuration sous la régime de la législation américaine et son “Chapter 11”.

Cette réorganisation implique un recentrage progressif sur le marché BtoB, avec en point d’orgue l’étiquetage, l’impression, l’emballage et dans une moindre mesure la dématérialisation.

Une réorientation stratégique qui entraînera la scission et la vente consécutive, à l’horizon 2013, de plusieurs activités de numérisation et d’imagerie grand public : papier photo, pellicules, développement, conception de produits dérivés…

Ces manoeuvres ne seront pas sans conséquence sur l’emploi. Kodak projette, pour la fin de l’année, une coupe sombre dans ses effectifs, à hauteur de 1000 collaborateurs.

Depuis 2003, la firme américaine a supprimé 47 000 postes et procédé à la fermeture de 13 usines.

En France, ses laboratoires mettent progressivement la clé sous la porte.

——– A voir aussi ——–
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous bien les services de photo en ligne ?

Crédit photo : Stuart Miles – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur