Broadvision veut rester ouvert

Mobilité

Avec la version 5 de One to One, son offre de gestion des relations clients, Broadvision veut porter encore mieux son nom et élargit le nombre de standards soutenus. Java 2, XML viennent compléter Ldap, COM et CORBA.

Broadvision annonce One-to-One 5.0, sa solution de commerce électronique orientée IRM (Internet Relationship Management), c’est-à-dire de gestion de la relation clients via Internet. Et au même moment une alliance avec Sun. Ainsi, les deux acteurs travaillent ensemble pour intégrer les fonctionnalités de la nouvelle plate-forme Java 2 aux applications de Broadvision et soutenir le développement de produits sur la plate-forme de Sun. Objectif ? Permettre de délivrer des informations de commerce électronique à n’importe quel équipement, n’importe où.

Aiguillonné par les compétiteurs du marché de l’IRM comme Allaire avec Spectra, Vignette avec Story Server ou encore IBM Websphere, l’éditeur Broadvision applique une stratégie élémentaire : être ouvert en matière de technologie. Et multiplier les alliances. Tout d’abord, l’éditeur américain perfectionne son logiciel One to One Enterprise. “Java 2 apportera la robustesse, la fiabilité et l’évolution du langage Java. Nous misons sur l’avenir. Quant à la plate-forme sur laquelle nous travaillons avec Sun, elle devrait être disponible d’ici 9 mois à un an. Elle divisera les temps de travail par deux et les temps d’exécutions sur les machines par trois !” annonce avec enthousiasme Philippe Tolokonnikoff, directeur marketing de Broadvision. Parallèlement au lancement de cette version Java de One to One, Broadvision signe en effet un partenariat avec Sun Microsystems pour développer, promouvoir et vendre conjointement des solutions de commerce électronique basées sur la nouvelle technologie standard J2EE de Sun. On le voit, Broadvision applique une recette éprouvée : ses optimisations technologiques sont assorties de signatures de grands noms du marché. Et ceci, sur un rythme soutenu. Il y a quelques mois Broadvision s’alliait avec la start-up Sema Group pour aider leurs clients à suivre les transactions électroniques… Quelques temps plus tard, l’éditeur s’entendait avec Siebel pour travailler sur l’interfaçage de One to One avec ses produits CRM…

Dans sa version 1, One to One Enterprise, utilisait d’abord C++. Puis One to One a intégré Java Script. Aujourd’hui, avec la version 5.0, Broadvision renforce la compatibilité de One to One avec la prise en charge du langage XML et l’intégration des fonctions de J2EE, la plate-forme Java 2 Enterprise Edition de Sun. Et, pour mettre en oeuvre des applications de commerce mobile, l’architecture de One to One Enterprise 5 ajoute le support du protocole WAP. Ce qui vient compléter la prise en charge de Java, EJB, XML, COM et LDAP et CORBA. Ambitions affichées ? Permettre de cibler individuellement et en temps réel, les clients en ligne comme de gérer le contenu du site marchand de façon simple et flexible. Les outils de gestion de contenu permettent aux professionnels qui ne sont pas informaticiens de mettre à jour fréquemment leur site. Par exemple, One to One Enterprise offre des fonctions de ciblage marketing sur le Web comme la gestion des profils. Le coût de la licence de développement est de 450 000 F et le coût par licence d’exploitation dépendra du nombre d’utilisateurs. Ainsi, One to One Enterprise sera disponible à partir de 300 000 F HT à partir de 5 000 utilisateurs, soit 67 F par utilisateur. A partir de 10 000 utilisateurs, le prix s’abaisse à 40 F par utilisateur.

Pour en savoir plus :

* Broadvision

* Personnalisation : la proximité sur le Net (dossier Informatiques magazine)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur