Business Objects se renforce dans l’EPM

Cloud

Comme d’autres éditeurs issus de la business intelligence, Business Objects s’intéresse à l’EPM ou Enterprise Performance Business, c’est-à-dire la gestion de la performance individuelle à l’aide de tableaux de bord et d’indicateurs. Il complète aujourd’hui son offre produit dans ce domaine.

Editeur français spécialiste de la business intelligence, Business Objects tente de s’imposer dans un domaine fonctionnel connexe appelé Enterprise Performance Management ou EPM. Dans ce but, il lance aujourd’hui un nouveau produit, Performance Manager, qui vient compléter une première application – Dashboar Manager ? mise sur le marché en janvier 2003. L’EPM consiste à diffuser très largement dans l’entreprise tableaux de bord et indicateurs, et ce afin d’évaluer la performance des collaborateurs au regard de la stratégie définie par la direction générale. Bien évidemment, ce type d’outils est utilisé de longue date par les entreprises mais était jusqu’à présent surtout destiné aux dirigeants et conçu selon une approche financière. Avec l’EPM il s’agit d’en démocratiser l’usage afin d’évaluer l’activité d’une direction, d’un service, voire d’un collaborateur, selon toute une palette de critères, et plus seulement sous l’angle financier. Il sera ainsi possible d’assigner à un service commercial par exemple des objectifs exprimés en termes de satisfaction des clients.

Avant tout, une méthode de management

L’EPM est donc un avatar de secteurs de l’édition logicielle plus classiques : les tableaux de bord bien sûr, mais surtout tout ce qui relève de l’analyse de l’activité d’une entreprise. En toute logique, ce sont les éditeurs spécialistes de la business intelligence, du reporting et du décisionnel qui abordent l’EPM tels SAS (voir édition du 6 mars 2003), Hyperion (voir édition du 20 janvier 2003) ou Business Objects. Tous ces éditeurs ne le désignent pas du même acronyme; certains préfèrent le terme de CPM (Corporate Performance Management) ou de BPM (Business Performance Management)… Mais tous reconnaissent que l’EPM ne se réduit pas à une classe d’outils logiciels mais relève plutôt d’une nouvelle approche du management. C’est pourquoi Business Objects a couplé le lancement de son premier produit d’EPM en janvier 2003 avec l’annonce d’un partenariat avec une société de conseil, A.T. Kearney.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur