Carte Musique Jeunes : l’Etat mettra 75 millions d’euros sur la table

CloudRégulations

La Carte Musique Jeunes, qui ne devrait être lancée qu’à la rentrée pour un prix de 25 euros, sera subventionnée par l’Etat à hauteur de 25 millions d’euros par an sur trois ans.

La “Carte Musique Jeunes“, censée freiner le  téléchargement de contenus protégés sur Internet, fait de nouveau parle d’elle.

Si elle sera toujours officiellement présentée le 21 juin, jour de la Fête de la Musique, cette carte ne sera pourtant lancée qu’en septembre prochain, selon des informations publiées par le quotidien La Tribune.

Figurant parmi les propositions du rapport de la mission Zelnik, visant à développer l’offre légale de contenus culturels disponible sur le Web afin de mettre fin au téléchargement illégal, la “Carte Musique Jeunes” s’adresse, comme son nom l’indique, aux jeunes consommateurs, âgés de 12 à 25 ans.

En achetant cette carte à 25 euros, ils pourront télécharger des morceaux de musique pour une valeur totale de 50 euros. Les 25 euros restants seront financés par les aides publiques.

L’Etat prévoit ainsi de débourser 25 millions d’euros par ans sur trois ans, soit au total 75 millions d’euros, pour financer cette “Carte Musique Jeunes”. Ce qui correspond à l’édition d’un million de cartes par an.

Sur demande du ministère de l’Industrie, ni les ayants droit, ni les FAI ne participeront au financement de cette carte.

Le gouvernement avait pourtant pensé mettre les fournisseurs d’accès à Internet à contribution, en réduisant de la portée de la TVA à 5,5%, aujourd’hui jugée illégale par la Commission européenne.

Cette “Carte Musique Jeunes” devra être utilisée sur des portails Web partenaires. Chaque plate-forme concernée ne pourra recevoir une subvention de l’Etat dépassant les 5 millions d’euros. Une mesure mise en place pour éviter que le célèbre service iTunes d’Apple ne soit le seul à bénéficier de cette nouvel outil anti-piratage.

Reste maintenant à savoir si les jeunes pirates seront prêts à changer leur fusil d’épaule et à mettre 25 euros sur la table pour télécharger légalement leurs morceaux de musique préférés…

A lire également sur ITespresso.fr : Dossier : Hadopi : avis de tempête sur la loi anti-piratage


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur