Ce qui se conçoit bien…

Mobilité

Le cabinet de conseil Deloitte Consulting a inventé un logiciel afin d’évacuer le jargon et les mots creux des documents corporate. Début d’une ère de transparence et de clarté ou cynisme?

Est-ce par auto-dérision que le cabinet de conseil Deloitte Consulting a mis au point un bien curieux logiciel téléchargeable gratuitement sur son site? Il s’appelle Bullfighter – chasseur de vent, littéralement – et a pour but d’aider les auteurs des documents de communication des entreprises – communiqués de presse, lettres aux actionnaires, etc. – à les rédiger en langage clair, évitant au maximum le jargon. Et réciproquement il peut être utilisé par les investisseurs afin d’évaluer la clarté des documents qu’ils reçoivent des entreprises, en leur attribuant une note entre 1 et 10, et d’en déduire leur crédibilité. Car Deloitte a établi une corrélation entre la nébulosité de la communication des entreprises et la solidité, voire la validité, de leur activité.

Le cabinet de conseil a ainsi étudié le cas d’Enron à l’aune de Bullfighter et a observé qu’entre 1999 et 2001 le discours officiel de l’entreprise s’est obscurci au fur et à mesure qu’elle s’enfonçait dans les difficultés et le mensonge. En revanche, de solides entreprises américaines de secteurs économiques traditionnels soumises au même traitement se sont vues attribuées de bonnes notes. On peut s’étonner de cette initiative, car elle peut être retournée contre son auteur : en développant cet outil, Deloitte Consulting reconnaît en effet implicitement sa propre compétence en verbiage abstrait, vide de sens. Autre remarque : faut-il vraiment avoir perdu toute confiance dans les ressources d’un cerveau humain pour s’en remettre à un logiciel quand il s’agit d’évaluer la clarté et l’honnêteté intellectuelle d’un document? Utiliser l’informatique comme gage de confiance et de transparence, voilà une nouvelle supercherie.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur