CES 2012 : Gigabyte remet le convertible au goût du jour

MobilitéTablettes
Gigabyte t1006

Gigabyte officialise son convertible T1006 et y entrevoit le salut des netbooks Atom, au prix d’une alliance conflictuelle avec les tablettes tactiles.

Gigabyte entrevoit une résurgence des netbooks, mais reconnaît à l’entreprise une condition sine qua non, en l’objet d’une alliance de circonstance avec les tablettes tactiles.

Résultante d’un tel compromis, le convertible T1006 s’impose comme un croisement matériel opportun et fait nécessairement de la polyvalence son cheval de bataille.

Ce mystérieux terminal, perdu de vue depuis son passage sur les bancs de la FTC, émane d’un constructeur plus connu pour ses composants que ses machines.

Il s’agit pourtant d’un véritable Tablet PC, dans la lignée d’une tradition qui s’est quelque peu estompée avec les années, notamment du grand public.

En témoigne cet écran capacitif de 10,1 pouces en 1366 x 768 (une résolution honnête pour un tel format), amovible et ainsi apte à fonctionner indépendamment du clavier complet qui lui est autrement lié.

Echo d’une hybridité vantée tant dans l’esprit que dans les faits, la connectique, généreuse s’il en est, inclut un port USB3 auquel s’adjoignent deux homologues toutefois limités au débit de la norme 2.0 (480 Mbit/s). L’un d’entre eux est commutable en interface e-SATA.

Dépourvu en standard d’options de sécurité, qu’elles soient matérielles (SmartCard, empreintes digitales) ou logicielles (cryptage, administration à distance, le T1006 remonte la barre avec un lecteur de cartes SD ainsi qu’un port VGA doublé d’un HDMI.

L’ensemble se meut au gré de l’unique coeur d’un processeur Intel Atom jouxté d’une puce graphique GMA 3650, trahissant l’implémentation d’une plate-forme Cedar Trail.

Entré par la petite porte sur le créneau de la mobilité, Gigabyte affiche toujours cette tendance systématique à préférer les mastodontes technologiques à leurs penchants nomades, comme horripilé à l’idée de s’afficher à la mode nomade.

A cet égard, il n’est pas non plus d’ultrabook au catalogue. Le constructeur taïwanais restreint en effet sa stratégie attentiste aux ordinateurs portables traditionnels. Le MacBook d’Apple peut dormir sur ses deux haut-parleurs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur