CES 2018 : qui n’a pas son assistant vocal ?

AccessoiresMobilitéPoste de travail
ces-2018-assistant-vocal

Que ce soit via Alexa, Siri, Bixby ou Google Assistant, de nombreux produits présentés au CES sont contrôlables à la voix… plus ou moins directement.

Google Assistant pour fermer les serrures, Alexa pour augmenter la température du four, Siri pour faire couler un bain, Bixby pour allumer la lumière… Du garage au salon, les assistants numériques à commande vocale sont au rendez-vous du CES 2018.

Les stratégies d’intégration varient selon les fabricants, aussi bien au niveau des technologies utilisées que des gammes de produits concernées.

Dans l’univers de la salle de bain, Alexa a les faveurs de Moen. Le robinetier américain a notamment intégré l’assistant vocal d’Amazon dans sa douche connectée lancée l’an dernier.

Le groupe français Hammel a fait de même avec une start-up qui évolue dans son giron sous la marque Elmer, en tant qu’émanation de l’ETI LT Aqua Plus. Sa « Smart Shower » peut être commandée à la voix, à condition de posséder un appareil tiers « compatible Alexa », du type Amazon Echo.

D’autres spécialistes de la robinetterie affichent leur tendance Alexa à l’occasion du CES, comme Delta… et Kohler, qui mise aussi sur Siri et Google Assistant – le tout étant orchestré sur le cloud Microsoft Azure – pour connecter l’ensemble de la salle de bain, jusqu’aux miroirs.

Des passerelles se montent entre équipements du foyer numérique. Par exemple dans la cuisine, sous l’impulsion de LG, qui permet le dialogue entre un réfrigérateur et un four, le premier pouvant envoyer une recette au second, qui l’énonce alors vocalement, tout en adaptant le prochain cycle du lave-vaisselle.

Vu à la télé

Les téléviseurs aussi se mettent à Alexa, entre autres chez le fabricant chinois HiSense, qui les envisage comme un centre de contrôle pour la maison connectée.

Certains équipements ne requièrent pas d’appareils tiers pour être commandés à la voix. C’est le cas de l’interrupteur Wi-Fi d’iDevices, qui embarque directement Alexa… mais pas Google Assistant.

Google a préparé le terrain en amont du CES 2018, à coups de publicités dans la ville de Las Vegas, où se déroule l’événement.

Le groupe américain revendique, en comptant les smartphones et les tablettes, 400 millions d’appareils équipés de sa technologie d’assistant, compatible avec « plus de 1 500 équipements de 225 marques ».

Il affirme avoir vendu plus d’une enceinte Google Home par seconde depuis le début des livraisons du modèle Mini, le 19 octobre dernier. Le compteur en est donc à au moins 6,5 millions d’unités écoulées.

La répartition entre les différents modèles n’est pas précisée. On peut penser que le Mini, régulièrement soldé ces dernières semaines jusqu’à 29 dollars, représente une bonne partie des volumes de ventes.

Un bot chez Netatmo

Il n’est pas dit qu’à ce prix, Google rentre dans ses frais ; tout du moins à en croire ABI Research, qui estime que les composants nécessaires à la fabrication du produit reviennent à 26 dollars. Amazon serait dans le même cas avec l’Echo Dot.

Il semble en aller d’une démarche de familiarisation du grand public, avec des ambitions jusque dans le hardware. L’examen, par Android Police, de la dernière bêta de l’app mobile Google (7.18), semble en témoigner : la firme préparerait, sous la marque Quartz, plusieurs appareils dotés d’écrans et embarquant Google Assistant.

Du côté de Samsung, on joue aussi sur plusieurs tableaux : Bixby arrive sur plusieurs TV 4K du groupe coréen, mais aussi sur le réfrigérateur Family Hub, dont le 3e génération s’intègre par ailleurs dans la solution domotique SmartThings.

En matière de domotique, on relèvera l’initiative du français Netatmo, qui profite du CES pour lancer, initialement en langue anglaise, un bot sur Facebook Messenger. Parmi les produits compatibles, on nous annonce les radiateurs électriques Muller.

Crédit photo : BombartZ via Visualhunt.com / CC BY-NC


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur