La Chromecast de Google investit les écrans français

Mobilité
chromecast-google-video streaming-television

Google lance sa Chromecast en Europe, y compris en France. Cet appareil se veut un moyen simple de diffuser des contenus audiovisuels Internet sur les écrans HDMI.

C’est aujourd’hui que Google lance la commercialisation européenne de sa Chromecast. Cette clé HDMI servant à apporter le contenu vidéo de certains services en ligne sur les téléviseurs est désormais disponible pour l’équivalent de 35 euros dans 12 pays : la France, l’Allemagne, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, l’Italie, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suède, mais aussi les Etats-Unis et le Canada.

A l’aide de cet accessoire, Google entend proposer au grand public une méthode simple pour projeter du contenu audiovisuel d’Internet sur des téléviseurs “où ils sont plus agréables à regarder”, selon Majd Bakar, Directeur de l’Ingénierie Chromecast. Le groupe Internet avait organisé des sessions de démonstrations pour la presse dans la journée de mardi.

Comment fonctionne Chromecast ?

Il s’agit d’une clé HDMI qui peut être connecté à n’importe quel téléviseur disposant de cette connectique. Une fois installée et connectée à un réseau Wi-Fi, la clé est en mesure de dialoguer avec n’importe quel terminal mobile sous Android et iOS ainsi que les PC portables et Mac équipés de Chrome. Ces derniers deviennent alors des télécommandes capable d’indiquer à Chromecast quels contenus audiovisuels doivent être affichés sur le téléviseur.

Chromecast propose en outre aux utilisateurs un fonctionnement collaboratif, puisque n’importe quel terminal mobile connecté au réseau Wi-Fi de la clé est susceptible de lui proposer des programmes via les services en ligne compatibles. La clé HDMI de Google créera ainsi ses propres playlists, et lorsqu’une première diffusion sera achevée, la suivante commencera.

Quels services sont compatibles avec Chromecast ?

Le fonctionnement spécifique de la technologie Google implique que chaque service de diffusion de contenus audiovisuels soit adapté et compatible. La firme Internet de Mountain View a évidemment pensé à adapter ses propres services, ainsi les utilisateurs de YouTube ou abonnés de Google Play et Google Musique sont en mesure de projeter toutes leurs vidéos et titres musicaux sur leurs téléviseurs.

Dans chaque pays où la Chromecast est désormais commercialisée, Google a tissé des partenariats pour étendre la quantité de contenus diffusables via sa clé HDMI. En France, le groupe Internet annonce une collaboration avec les services Canalplay (service VoD du groupe Canal Plus), FranceTV Pluzz (catch-up TV du groupe France Télévision) et SFR TV (dans ce cas précis, seuls les contenus “Extras” de Canalplay peuvent être diffusés).

A l’heure où les chemins d’accès et les interfaces vers les contenus se multiplient, il est essentiel pour France Télévisions de contribuer à mieux exposer les œuvres et les contenus que nous faisons exister afin qu’ils se retrouvent dans tous les contextes d’usage en devenir”, déclare Bruno Patino,  Directeur général délégué aux Programmes, aux antennes et aux développements numériques pour France Télévisions à travers un communiqué.

En France, Chromecast permet ainsi une diffusion des contenus audiovisuels de six services. Cependant, Majd Bakar rappelle que Google ouvre complètement son système afin qu’à l’avenir les développeurs puissent proposer d’autres services compatibles avec sa clé HDMI.

Le code permettant la compatibilité entre les services existants et Google Chromecast est très simple. Si demain ces services souhaitent ajouter cette fonctionnalité cela représentera une centaine de lignes à ajouter. D’autre part, Google propose désormais un kit de développement (SDK) aux développeurs [de sociétés ou indépendants] qui souhaitent créer de nouveaux services compatibles. Actuellement près de 3000 d’entre eux en sont munis à travers le monde.”

Chromecast est-il véritablement plus simple à utiliser ?

Avec ses dimensions de 72 (L) x35 (l) x12 (h) millimètres, Chromecast est un appareil qui tient dans la main et que l’on peut facilement brancher sur son téléviseur. De ce point de vue, la clé de Google est à la fois pratique est discrète même s’il est nécessaire de la rechercher via une alimentation secteur alors que certaines technologies se satisfont fort bien de la connectique HDMI pour cela.

La firme de Mountain View présente sa technologie comme beaucoup plus simple à appréhender que ce qui existe à l’heure actuelle pour diffuser du contenu Internet sur un téléviseur (on pense par exemple à certaines set-top-box ou à l’Apple TV) car l’utilisateur n’a pas à apprendre son fonctionnement.

“Il suffit de la brancher au téléviseur, de la connecter au réseau Wi-Fi domestique et d’appuyer sur un bouton présent sur tous les services compatibles avec Chromecast pour que les vidéos s’affichent à l’écran”, explique Majd Bakar.

Dans les faits, la présentation à laquelle nous avons assisté montre que la clé Chromecast doit préalablement être paramétrée pour être associée au réseau Wi-Fi domestique. Même si cette configuration reste relativement simple, elle impose à l’utilisateur de télécharger une application Chromecast gratuite disponible sur Google Play, l’App Store et le Web.

Celle-ci permet au premier terminal mobile utilisé d’accéder aux paramètres de la clé HDMI pour l’associer au bon réseau Wi-Fi et de lui donner un nom pour qu’elle reconnue distinctement d’autres clés pouvant potentiellement se trouver sur le même réseau.

Peut-on envisager un usage professionnel pour Chromecast ?

Le fait que plusieurs clés puissent être branchées sur des téléviseurs présents dans un même lieu laisse imaginer de possibles cas d’utilisations dans des salles de conférences ou la diffusion via des régies spécifiques de contenus à des téléviseurs présents dans des lieux plus grands mais couverts par des réseaux Wi-Fi élargis (on peut penser aux lieux touristiques ou grands bureaux).

En donnant un nom précis à ses clés Chromecast sur les réseaux Wi-Fi, Google permet à tous les utilisateurs de services compatibles (comme YouTube) de sélectionner précisément la clé HDMI cible (et donc l’écran sur lequel diffuser les contenus) lorsqu’il y en a plusieurs d’accessibles dans un même lieu. En agissant ainsi, Google a bel et bien fait un premier pas vers une diffusion simultanée de contenus multiples qui pourrait intéresser certains secteurs professionnels.

Cependant lors que nous l’avons interrogé à ce sujet, Majd Bakar déclare : “Il est possible de disposer de plusieurs clés dans un même lieu pour pouvoir diffuser ses contenus sur plusieurs écrans. Cependant, on ne peut pas encore d’afficher simultanément un même programme, ou plusieurs, sur des Chromecast différentes, il faut choisir laquelle va recevoir ces données.” Avant d’ajouter : “Nous avons reçu des demandes à ce sujet de la part de nombreux développeurs et nous travaillons sur le sujet. Cela implique une amélioration de notre système, mais aussi que les services qui diffusent ces contenus sur Internet autorisent un tel usage.”

Il est donc impossible pour l’heure de diffuser pléthore d’éléments audiovisuels simultanément, mais une autre fonctionnalité devrait intéresser les professionnels. Via un plug-in (actuellement en bêta) à installer sous Chrome uniquement, il est possible d’afficher à l’écran le contenu de n’importe quel onglet du navigateur Internet de Google (Chrome).

Tous les fichiers pouvant être lus par Chrome comme la plupart des images, vidéos, sons, présentations de documents, etc. peuvent donc potentiellement être diffusés à l’écran. Un procédé utile dans le cadre d’une réunion et qui se veut à la fois simple à utiliser et peu coûteux.

Google-chromecast-video-internet-televiseur-hdmi
Pratique et discrète, la Google Chromecast se veut un moyen simple et peu coûteux de diffuser des contenus audiovisuels d’Internet sur les téléviseurs. Cependant ses usages restent limités.
Crédit photo : Thibault Deschamps pour ITespresso.fr

Quiz : Connaissez-vous Google TV ?

Crédit photo : Google


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur