Cipris, un nouvel opérateur virtuel global dédié aux PME européennes

Mobilité

Cette division du leader indien VSNL propose des solutions d’interconnexion
entre sites pour le compte des entreprises.

Si les multinationales ont souvent un réseau informatique privé reliant leur siège et les différentes unités opérationnelles dans le monde, c’est rarement le cas des PME. Au niveau national, la mise en place d’un tel réseau ne poserait pas de difficulté particulière, un opérateur pouvant être interlocuteur unique. Si les relations prennent une dimension internationale, les choses se compliquent : il faut trouver un opérateur dans chaque pays et instaurer un dialogue entre eux.

L’opérateur télécoms indien VSNL (Videsh Sanchar Nigam Limited, propriété du groupe Tata) se propose, par l’intermédiaire de sa division Cipris, de soulager les sociétés européennes de taille moyenne de ce fardeau. Mardi en fin de matinée, à l’occasion de son implantation en France, le groupe télécoms a présenté son projet et ses services à la presse.

Les solutions proposées couvrent l’interconnexion des sites internationaux de l’entreprise cliente (voix par IP, échanges d’informations dans un ERP, etc.), l’accès au réseau par les collaborateurs en déplacement ou la mise en place de messagerie électronique ou d’un centre d’appel.

Ces services sont rendus possibles grâce à des partenariats avec 1 400 opérateurs et fournisseurs d’accès Internet situés dans 240 pays. Autre avantage non négligeable, le client n’a plus à se soucier des questions fiscales entre les différentes TVA et n’a plus qu’une seule facture à régler.

Appui sur deux experts télécoms

Comment VSNL débarque en France ? Il s’appuie sur Cipris, une société télécoms fondée en 2005 et rachetée par VSNL en octobre 2006. Derrière Cipris, on retrouve deux experts français des télécommunications internationales : Paul Donnelly, ex-Senior Vice-President d’Equant, et Eric Torres, ex-Directeur Europe/Moyen-Orient et Afrique/Asie-Pacifique de la Division Network Integration d’ATT.

Leur but est de reproduire en Europe continentale les solutions globales qu’on trouve déjà en Grande-Bretagne. Paul Donnely a d’ailleurs été conseiller auprès du groupe Vanco qui a mis en place un modèle similaire outre-Manche. Ce marché insulaire n’est pas visé car déjà trop concurrentiel. Cipris préfère miser sur la France, l’Allemagne, la Suisse et, prochainement, l’Italie.

Eric Torres explique que, compte tenu du nombre énorme de clients potentiellement concernés, la distribution se fera de manière indirecte via des intégrateurs spécialisés ou des SSII. Des opérateurs n’ayant pas une dimension internationale seraient aussi susceptibles d’ajouter le service à leur catalogue. Néanmoins, aucun nom n’aura été cité à la conférence de presse de lancement.

Un leader indien des télécoms qui débarque

La solidité financière d’un fournisseur est un critère de choix important. VNSL veut rassurer de ce côté-là. La société se présente comme le leader des communications en Inde. Elle y compte, entre autre, 800 000 clients à ses offres Internet. En pleine expansion, elle multiplie les acquisitions.

Sa branche TGN, reprise en 2005, se targue de posséder plus de la moitié de l’infrastructure sous-marine de la planète, avec 60 000 kilomètres de câbles. La filiale Teleglobe, rachetée début 2006, se veut le premier fournisseur international en vente de gros de trafic voix/data avec 1400 clients consommant 21 milliards de minutes par an. Signalons toutefois que Cipris garde son indépendance et n’est pas obligée de passer par ces infrastructures.

En 2002, VNSL a elle-même été rachetée par le groupe Tata. Fondé en 1860, c’est le plus gros employeur privé d’Inde avec 200 000 salariés. En 2005-2006, le groupe a réalisé 22 milliards de dollars de chiffre d’affaires grâce à des activités aussi variées que l’acier, l’informatique, l’hôtellerie, les finances, les boissons, etc.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur