Cisco veut marier Internet et réseaux cellulaires

Cloud
Information - news

Cisco, en s’alliant à Motorola, compte mettre au point la technologie IP qui permettra d’accéder à Internet sur le futur réseau UMTS de troisième génération.

Pour sa première offensive sérieuse sur le marché de la téléphonie mobile, Cisco, leader mondial des matériels réseaux s’est allié cette semaine au groupe de téléphonie mobile Motorola. Les deux géants envisagent d’investir 1 milliard de dollars dans les cinq prochaines années pour développer des solutions d’accès à Internet destinés au futur réseau cellulaire mondial UMTS (Universal Mobile Telecommunications Services) encore baptisé réseau de troisième génération (3G).

Pour Cisco, il ne s’agit pas de partir de zéro mais de s’appuyer sur les technologies aujourd’hui disponibles aussi bien en matière d’IP que de téléphonie sans fil . Avec Motorola, il va notamment écrire un ensemble de bibliothèque API (Application Programming Interfaces) qui permettront aux développeurs de proposer des services IP comme la mise en attente d’un correspondant ou la lecture de mails par synthèse vocale sur des téléphones portables.

Les solutions qu’ils vont développer sont destinées au réseau UMTS mais elles seront aussi utilisables sur les actuels standards GSM. Le réseau UMTS dont l’ouverture est prévue en 2002 est censé offrir une bande passante de 2 Mbps et supporter l’acheminement voix-données sur Internet. Cependant jusqu’ici, aucune spécification n’a été définie pour définir comment le réseau va supporter l’IP.

Pour Nigel Moulton, responsable de production chez Cisco, “ce que Cisco veut mettre en place, c’est une passerelle permettant à ce réseau d’acheminer de la voix et des données.” Selon lui, la bande passante sera suffisante pour l’envoi de données, la gestion de la voix sur IP et le commerce électronique mais la vidéo plein écran ne sera pas possible.

D’après Nigel Deighton, directeur de recherche à la division télécoms du Gartner Group, “Cisco va adapter les solutions IP qu’ils imposent aujourd’hui sur le marché traditionnel des réseaux filaires pour qu’elles tournent dans un environnement cellulaire.” Selon lui, il a toutes les chances d’y parvenir parce qu’il est numéro un sur le secteur. Quant à Motorola, cette alliance est une véritable aubaine pour prendre de vitesse Nokia, son principal concurrent.

D’après Don Listwin, vice-président de Cisco, les deux sociétés espèrent publier un rapport donnant les grandes lignes de l’architecture de leur futur réseau Internet sans fil au second trimestre. Au troisième trimestre, elles ouvriront leurs centre de recherches et développement et les premiers services seront disponibles à la fin de cette année.

Pour Bo Hedfors, président de la division réseau de Motorola, la croissance d’un Internet sans fil sera alors très rapide. Selon lui, “aujourd’hui, il y 800 millions d’abonnés au téléphone fixe, 200 millions de personnes ont un portable et il y a 200 millions d’internautes. En 2005, on comptera 1 million d’abonnés à un poste fixe, 1 milliard de personnes possèderont un téléphone mobile et il y aura 1 milliard d’internautes. Motorola et Cisco entendent bien profiter de cette croissance d’Internet et du téléphone sans fil pour créer un Internet sans fil”.

Pour assurer sa présence sur ce futur marché, Motorola s’est par ailleurs associé avec Alcatel afin de développer des équipements pour les futurs réseaux UMTS, quitte à ce que certains produits entrent en concurrence avec ceux développés avec Cisco.

Pour en savoir plus :

http://www.motorola.com.

* http://www.cisco.com.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur