Clauses abusives : Montebourg passe une “réserv’action” sur Booking.com

Marketing
arnaud-montebourg-s-booking-com-centrale-reservations-chambres-hotel

A travers la DGCCRF, le ministre de l’Economie a assigné la plateforme de réservations de chambres d’hôtel Booking.com accusé de pratiquer des clauses abusives.

Arnaud Montebourg poursuit sa croisade contre les présumées clauses illicites des grandes centrales de réservations de chambres d’hôtels. Le ministre français de l’Economie a annoncé qu’une assignation devant le tribunal de commerce de Paris a été adressée à Booking.com par le biais de la DGCCRF.

Le gouvernement veut mettre un terme aux “déséquilibres” dans les relations entre les centrales de réservation et les établissements hôteliers. Il est ulcéré par des clauses considérées comme abusives dans les contrats de Booking.com, localisé aux Pays-Bas.

Comme celle sur la parité tarifaire qui interdit aux hôteliers affiliés de proposer directement à leurs clients des tarifs plus attractifs par rapport à ceux exposés sur la plateforme de réservations de chambres. Didier Chenet, Président du Syndicat national des hôteliers, considère que ces plateformes peuvent parfois capter ainsi 40 à 50% du chiffre d’affaires d’un hôtel. Une étreinte qui peut devenir étouffante.

En novembre 2013, la DGCCRF avait pointé du doigt le groupe Expedia (propriétaire du service Hotels.com)et cela avait déjà abouti à une assignation en justice à l’époque, rappelle le communiqué. Le contentieux portait sur des clauses entravant la liberté commerciale et tarifaire des hôtels. Le mouvement de contestation dans la profession s’est amplifié progressivement dans le courant de l’année 2013.

Quiz : Centrales de réservation, avis… Connaissez-vous l’univers le l’hôtellerie sur Internet ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur