La CNIL instaure son comité pluridisciplinaire de réflexion prospective

Régulations

La CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) a constitué son propre comité pluridisciplinaire de réflexion prospective. Parmi les membres figurent 5 chercheurs, un entrepreneur, un conseiller-maître à la Cour des comptes et un sénateur.

La Commission Nationale de l’Informatique et Libertés (CNIL) modernise son mode de gouvernance à travers la formation d’un comité pluridisciplinaire de réflexion prospective ouvert aux chercheurs externes.

Approuvé en avril 2012, ce comité d’orientation des études conduites par la CNIL est composé de huit spécialistes du numérique, parmi lesquels cinq chercheurs, deux membres de l’autorité administrative et un entrepreneur.

Les chercheurs du comité

Cinq chercheurs d’horizons variés (gestion, sociologie, droit, neurosciences, etc.) comptent parmi les membres du comité de prospective de la CNIL :

– Pierre-Jean Benghozi, directeur de recherche au CNRS, directeur du pôle de recherche en économie et gestion, professeur à l’École polytechnique en charge de la chaire « Innovation et régulation des services numériques »

– Stefana Broadbent, psychologue, professeure et chercheuse en anthropologie du numérique au Royaume-Uni à l’UCL (University College London)

– Dominique Cardon, sociologue au laboratoire SENSE (Sociology and Economics of Networks and Services) d’Orange Labs, membre associé du Centre d’étude des mouvements sociaux de l’École des Hautes Études en Sciences sociales (EHESS)

– Olivier Oullier, enseignant-chercheur en neurosciences au Laboratoire de psychologie cognitive ç l’université d’Aix-Marseille et au Center for Complex Systems and Brain Sciences de la Florida Atlantic University, il est aussi conseiller scientifique au Centre d’analyse stratégique

– Antoinette Rouvroy, chercheuse en philosophie du droit au Fonds National de la Recherche Scientifique (FNRS, Belgique) du Centre de Recherche Informatique et Droit (CRID), chargée de cours à l’Université de Namur et maître de conférences à l’Université Libre de Bruxelles.

L’entrepreneur, le politique et le comptable

Font également partie du tout nouveau comité de prospective de la CNIL, deux membres de la Commission au titre de la Cour des comptes et du Sénat, ainsi qu’un entrepreneur, à savoir :

– Henri Verdier, président du pôle de compétitivité français Cap Digital, associé et président du directoire de MFG R&D, jeune entreprise développant des solutions de modélisation économique et financière. Il est aussi membre du conseil scientifique de l’Institut Mines-Télécom

– Didier Gasse, conseiller-maître à la Cour des comptes, membre de la CNIL en charge du secteur Télécom, Internet – sécurité – et Vote électronique

– Gaëtan Gorce, sénateur (PS) de la Nièvre, membre de la CNIL en charge du secteur Libertés publiques et e-Administration.

Appelé à anticiper les évolutions de l’écosystème numérique, le comité s’est réuni pour la première fois le 15 mai dernier. À cette occasion, un premier examen du programme d’études 2012-2013 de la CNIL a été effectué.

 

Crédit image : © kebox – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur