Confidentiel ITesprechô : que cache la “réorganisation interne” de LivingSocial en France ?

Marketing

Enquête : LivingSocial suspend la vente de deals locaux en France. Est-ce la fin de l’activité en France ou peut-on s’attendre à un éventuel rebond ?

Alors que LivingSocial USA a subi un vol massif de données personnelles, il se passe aussi des choses intrigantes dans la branche française du spécialiste Internet des bonnes affaires.

Un pop-up avec un message laconique à l’attention de ses membres sert de première alerte :

“A compter du 28 Avril 2013, Livingsocial suspend la vente de deals locaux en France. Tous les bons non consommés restent bien entendu valides et seront honorés par nos partenaires jusqu’à la date limite de validité indiquée sur votre coupon.”

Il est également précisé que les services “client” et ” “partenaire” restent disponibles par mail et téléphone.

L’un des interlocuteurs joints par téléphone dans l’un des services concernés évoque une “réorganisation interne” et rejette l’hypothèse d’une fermeture pure et simple.

Est-ce la fin de LivingSocial en France ou peut-on attendre un éventuel rebond ? Le doute subsiste en lisant la fin du message adressé en forme de pop-up.

“Vous recevrez prochainement de nos nouvelles sur l’adresse de messagerie avec laquelle vous vous êtes inscrit sur livingsocial. A très bientôt ! L’équipe Livingsocial”.

On peut se demander ce que va devenir l’effectif en France. Une centaine de personnes souvent évoquées dans les médias.

Pendant la journée de mardi, nous avons essayé de démêler l’écheveau et cherché à joindre l’équipe de direction de LivingSocial France. Et nous avons rencontré un souci d’interlocuteur.

Jusqu’à fin 2012, Tatiana Jama et Lara Rouyres étaient présentées comme les principaux responsables de LivingSocial France.

Après avoir vendu leur start-up Dealissime.com en 2011 à la société Internet américaine en pleine expansion européenne, elles avaient prises les fonctions respectives de directrice générale et présidente de LivingSocial France.

Dans un article sur La Tribune datant d’octobre 2012, elles expliquaient comment elles avaient géré la forte croissance de cette société dans l’Hexagone.

Mais, selon nos informations, la donne au niveau de la direction a changé : Lara Rouyres n’a plus de fonctions opérationnelles au sein de LivingSocial France.

Quant à Tatiana Jama, elle se présente comme la CEO de LivingSocial France sur son compte Twitter. Nous avons cherché à la joindre en vain.

Début 2013, Lara Rouyres a rejoint le collège des personnalités IT du Conseil national du numérique remodelé par Fleur Pellerin, ministre des PME, de l’Innovation et de l’Economie numérique.

Etiquette officielle : “Entrepreneur, business angel et fondatrice de Dealissime.com”.

Pour en savoir plus sur la situation en France, nous avons aussi essayé de joindre le service presse américain de LivingSocial qui n’a pas répondu à nos sollicitations.

Aux Etats-Unis, le CEO Tim O’Shaughnessy doit gérer une situation également tendue.

Fin 2012, le concurrent de Groupon a annoncé un plan de suppression de 4000 postes.

Et des managers importants ont quitté la société.

Ainsi, Eric Eichmann, qui occupait les fonctions de Président International de Living Social, a récemment rejoint la société française Criteo (“leader mondial du Display à la Performance”) pour occuper le poste de “Chief Revenue Officer”.

Autre départ identifié par TechCrunch encore plus récemment : Aaron Batalion, co-fondateur qui occupait les fonctions de CTO chez LivingSocial, a annoncé son départ.

Rappelons que, fin février 2013, LivingSocial a réalisé une levée de fonds de 110 millions de dollars.

Depuis sa création en 2007, la société spécialiste des deals a été financé à hauteur de 800 millions de dollars avec le soutien remarqué du groupe Amazon.

————–

Quiz : Connaissez-vous les solutions e-commerce ?

————–


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur