Conflit d’actionnaires : HiMedia et BJ Invest trouvent un consensus

BourseCloudE-commerceE-paiementEntrepriseMarketing
himedia-hipay-bataille-actionnariat
1 1

Après de fortes tensions entre actionnaires, il est entendu que Cyril Zimmermann conserve la main sur HiMedia (publicité digitale). Tandis que la société d’investissement BJ Invest se concentre sur HiPay (FinTech).

C’est la fin des hostilités entre HiMedia (dirigé par Cyril Zimmermann) et BJ Invest. Mais les relations ont été houleuses pendant plusieurs mois sur fond d’actions en justice ou de menaces de procès entre actionnaires.

De manière plus raisonnable, les deux parties ont finalement opté pour la signature d’un accord sur la répartition du capital entre HiMedia (marketing digital) et HiPay (solution de paiement électronique).

Et ce, juste avant l’assemblée générale des actionnaires prévue demain (3 mai) de la société pionnière dans la publicité sur Internet.

Selon l’accord qui est intervenu, BJ Invest devient le premier actionnaire de HiPay (28% du capital). Un levier qui lui permet d’assouvir ses ambitions de monter dans la société FinTech, émanation de HiMedia.

Concrètement, la société d’investissement de Benjamin Jayet, par ailleurs actionnaire d’une autre société dans les paiements électroniques (Gibmedia), devient le premier actionnaire de HiPay avec 28% du capital.

Comment monte-t-il en puissance ? Primo, en reprenant la moitié des actions détenues jusqu’ici par HiMedia (soit 10% du capital de HiPay), payée en partie en actions HiMedia et en partie en numéraire.

Secundo, BJ Invest acquiert toutes les actions HiPay détenue par United Internet (soit environ 8,7% du capital), ainsi que la participation jusqu’ici détenue par Cyril Zimmermann.

Dans ce nouveau contexte (BJ Invest s’impose et HiMedia se désengage), le conseil d’administration de HiPay est recomposé. Benjamin Jayet devient président du conseil d’administration tandis que Cyril Zimmermann disposera d’un siège d’administrateur.

Parallèlement, le fondateur de HiMedia se recentre sur son bébé. Pour devenir le premier actionnaire de la société à hauteur de 12%, Cyril Zimmermann rachète les parts détenues par BJ Invest dans HiMedia.

« Cet accord permet un nécessaire retour à la sérénité pour le développement des deux sociétés HiMedia et HiPay. Les managements pourront, ainsi, se concentrer sur la création de valeur au profit des sociétés et de leurs actionnaires », déclarent les parties concernées.

Un « consensus » arraché qui permet de mettre un terme aux bisbilles d’actionnaires que La Tribune avait décortiquées dans une enquête publiée le 8 avril.

Présente dans six pays européens, aux Etats-Unis et en Amérique latine, HiMedia, cotée sur le compartiment C d’Euronext Paris, a réalisé un chiffre d’affaires de 65 millions d’euros l’an passé après une « réorganisation profonde » survenue dans la courant de l’été dernier.

La restructuration visait à réduire la voilure sur les activités historiques de régie classique et d’accélérer le développement d’activités positionnées sur des segments de niche potentiellement fructueux : publicité locale et publicité native sur supports mobiles ou desktop.

De son côté, Cyril Zimmermann s’est installé en Californie pour faciliter la prospection aux Etats-Unis auprès de la communauté hispanophone considérée comme un segment cible porteur.

Sur le premier trimestre de l’exercice 2016 (résultats publiés le 27 avril), le groupe de publicité digitale affiche un chiffre d’affaires de 13,3 millions d’euros, en baisse de 9% par rapport à la même période l’an précédent. Mais il a gagné en marge brute (6,4 millions d’euros, +78% en un an).

C’est en juin 2015 que la société spécialiste de la publicité numérique avait introduit en Bourse sa branche HiPay dédiée au paiement électronique (cotation sur le compartiment C d’Euronext Paris).

Cette décision avait été prise afin de surfer sur la tendance FinTech, à l’instar d’un Rentabiliweb devenu Danelys. A travers sa solution de monétique full service, le spécialiste des paiements en ligne revendique 1,3 milliard de flux traités sur l’année 2015 avec « un doublement des volumes de transactions ».

Il revendique plusieurs nouveaux clients comme Auchan, Christian Dior, Devred, MyLittleParis, Natures et Découvertes, Oclio (groupe DuPareilAuMême), Pharmasimple ou encore PrivateSportshop.

La société est présente dans 6 pays en Europe et au Brésil (150 salariés).

(Crédit photo : Shutterstock.com)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur