Convergence voix-données : les PME en ligne de mire

Cloud

IP Office d’Avaya se veut une solution de transition vers le tout IP, ainsi qu’une plate-forme d’accès vers des applications multimédias. Plus que la convergence en elle même, l’accès à ces nouveaux services comme la communication unifiée sera le facteur déterminant auprès des entreprises pour migrer vers une infrastructure IP.

Après Nortel, Avaya lance aussi une solution de convergence voix et données pour les petites et moyennes entreprises. L’ancienne division communications d’entreprise de Lucent, aujourd’hui indépendante et spécialisée dans la fourniture de solutions et de services de communications, a scindé en quatre gammes sa plate-forme en fonction du nombre de postes à connecter. La société vise même, avec son offre de base, des TPE avec 4 postes. Ainsi, la solution IP 401 raccordant 4 postes dont deux analogiques et deux numériques est au prix de 1 500 euros. Mais la solution peut être déployées dans des entreprises ayant jusqu’à 180 postes à raccorder, avec notamment l’IP 412. Côté données, la solution intègre pour toutes les gammes un accès Internet, un routeur inter-site et un serveur d’accès à distance, ainsi qu’un firewall. Une liaison RNIS est toutefois conservée, notamment pour des services de back up ou de gestion de la bande passante. Côté voix, la solution offre les services d’un PABX complet et supporte les téléphones analogiques, numériques et IP ainsi que les standards H323 et QSig. IP Office accepte indifféremment les téléphones fixes et sans fil (DECT). Enfin la plate-forme permet d’accéder à des applications multimédias disponibles sous licences. Certaines toutefois sont disponibles dans une forme très basique comme la messagerie unifiée. La PME a, dès lors, toute liberté pour créer son infrastructure téléphonique en fonction de ses besoins.

La solution que Nortel vient de lancer en France, après l’avoir commercialiser depuis 1999 aux Etats Unis et au Canada (voir édition du 4 mars 2002) ressemble à celle d’Avaya notamment dans l’idée de ne rien imposer aux PME et de leur offrir la possibilité de migrer en douceur vers l’IP. Les deux sociétés permettent ainsi de garder des téléphones classiques ou une liaison téléphonique standard.

Les PME séduites par les applications liées à l’IP

Aux yeux de beaucoup d’équipementiers spécialisés dans les télécoms, le protocole IP apparaît comme le protocole naturel pour la plupart des flux, que ce soit pour la voix ou pour les données. Ne serait-ce, on le sait, que pour des économies de coûts de communications entre, par exemple, deux sites parfois distants de quelques kilomètres. Pour autant, les entreprises positionnées sur ce secteur évoquent de plus en plus non pas cette convergence comme une fin en soi, mais comme un moyen pour accéder à de nouvelles applications comme la messagerie vocale, la messagerie intégrée et unifiée, une palette étendue d’outils d’administration de centre d’appels… Autant de solutions concrètes qui ont certainement un impact plus fort auprès des PME, mais qui ont aussi pour conséquence la complexification de l’offre des équipementiers. D’où l’apparition d’offre packagée permettant non seulement l’accès simplifié à des suites de logiciels, mais aussi le passage en douceur vers une infrastructure IP.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur