Corel achète Borland pour 2,4 milliards de dollars

Mobilité

La société de Michael Cowpland fait feu de tout bois. En rachetant Inprise, elle devient l’un des principaux poids-lourds du monde Linux.

Corel a décidément le vent en poupe. Après avoir coup sur coup dévoilé sa distribution Linux et l’ouverture de son service de support technique destiné à l’entreprise l’OS libre, le créateur de logiciels aussi célèbres que Draw!, vient d’annoncer le rachat d’Inprise/Borland pour 2,44 milliards de dollars.En France, du fait de son premier patron français Philippe Kahn, Borland bénéficie d’une image toute particulière. Beaucoup ont utilisé des logiciels comme Sidekick ou Sprint. Borland était également reconnu pour ses outils de programmation tel le Turbo Pascal ou Delphi. Fin 98, la société, qui avait perdue son patron français, décide de changer de nom pour devenir Inprise. La société se reconcentre alors sur son catalogue d’outils de développement. Récemment, Inprise s’était engouffré, comme Corel, dans la brèche Linux. Le 2 février dernier, par exemple, lors de la Linux Expo qui s’est tenue à New York, Inprise a annoncé en grande pompe les versions Linux de ses applications très spécialisées Application Server 4.0 et . A cette occasion, le Pdg d’Inprise avait même déclaré : “Avec nos récentes annonces, nous donnons aux développeurs une occasion unique de collaborer et partager leur expérience et de créer des applications de haut de gamme pour le système d’exploitation Linux”.Tous ces outils sont donc tombés quelques jours plus tard dans l’escarcelle de Corel, qui devient du même coup un des acteurs les plus importants du monde Linux. Pour Michael Cowpland, qui devient patron de l’ensemble formé par la fusion, la démarche est claire :”avec le leadership d’Inprise/Borland dans la communauté des développements logiciels et la distribution Corel de Linux, couplée avec les applications de bureautique de Corel, nous avons une extraordinaire opportunité de nous adresser à toutes les facettes du marché Linux en pleine explosion”. Les concurrents sont clairement désignés avec, au premier chef, RedHat, qui s’était forgé une place toute particulière. Principal distributeur du système Linux dans le monde, avec une part de marché estimée à 60 %, la société au chapeau rouge s’était, elle aussi, offert un spécialiste des outils de programmation en rachetant Cygnus en novembre dernier. Pour en savoir plus : * Corel * Inprise/Borland


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur