Corel pourrait revendre ses activités Linux

Mobilité

Son PDG ne l’a évoqué que comme un exemple, mais Corel pourrait se débarrasser de sa division Linux. Dans le but de rétablir ses finances. Y aurait-il un rapport avec l’arrivée de Microsoft dans le capital du Canadien ?

Est-ce le fruit du hasard ? A peine quelques semaines après que Microsoft a injecté quelque 150 millions de dollars dans les finances incertaines de Corel (voir édition du 3 octobre 2000), l’éditeur canadien vient d’annoncer qu’il pourrait vendre ses activités Linux. Son PDG a envisagé cette éventualité lors d’une allocution faite pendant le dernier Comdex de Las Vegas. Qui a dit bizarre ?

Depuis plus d’un an maintenant, l’éditeur de CorelDraw a mené une stratégie plutôt agressive dans le domaine du logiciel libre (voir édition du 13 mars 2000). Notamment en proposant une des distributions Linux les plus complètes et les plus simples à installer. La plupart de ses logiciels sont également disponibles en version Linux, souvent téléchargeables gratuitement, pour un usage domestique. Alors ? Corel estime que sa division Linux n’a pas une taille suffisante pour réussir financièrement. Résultat, une porte-parole a indiqué que la société envisageait de racheter des technologies pour compléter son business Linux ou bien tout simplement de le vendre. Une décision sera annoncée fin décembre ou début janvier.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur