Coyote esquisse son avenir entre freemium et data

Apps mobilesMobilitéRéseauxSmartphones
coyote-application-boitiers
2 13

Nouveau boîtier avertisseur, application mobile basculée en freemium, partenariat data avec Amaguiz : Coyote déploie sa stratégie autour de la voiture connectée.

Des boîtiers avertisseurs, une application mobile… et des données à exploiter : trois piliers sur lesquels Coyote compte baser sa croissance pour doubler son chiffre d’affaires à l’horizon 2018.

Neuf mois se sont écoulés depuis que la société française, qui développe et commercialise des outils d’assistance à la conduite, a été reprise en main par ses fondateurs.

En s’appuyant sur le Groupe HLD, présenté comme une « holding de participations industrielles et de services », Fabien Pierlot et Jean-Marc Van Laethem sont revenus aux affaires, avec l’ambition de développer l’activité en France et en Belgique, puis d’étendre le réseau en Allemagne, en Espagne et en Italie.

Principale problématique : comment positionner le modèle payant face à la concurrence de solutions gratuites comme l’application Waze, rachetée par Google ?

La réponse se trouve peut-être dans le freemium. C’est sur ce principe que l’application iCoyote pour iOS, Android et Windows Phone sera désormais exploitée.

La navigation et les infos trafic en temps réel seront accessibles gratuitement. Les autres services seront proposés en option, pour 11,99 euros TTC par mois, 49,99 euros par an ou 89,99 euros pour une souscription sur deux ans. On citera les avertissements sur les « zones de danger » (accidents, radars…) et les limitations de vitesse – déterminées grâce à une technologie qui identifie la vitesse à laquelle roulent les conducteurs de la communauté Coyote.

Pour différencier son offre, l’entreprise qui fête cette année ses 10 ans mise sur une interface renouvelée avec plusieurs modes d’affichage, dont « forecast » pour anticiper les perturbations sur un trajet et « sonar » pour visualiser les alertes autour de soi. Elle a également développé une application pour Apple Watch, tout en assurant la compatibilité avec les technologies MirrorLink et AppInCar pour la connexion à l’écran du tableau de bord.

C’est dans la boîte

Percevant un potentiel dans les services innovants associés à la voiture connectée, Coyote enrichit en parallèle, sa gamme de boîtiers avertisseurs avec le modèle « mini », qui succède au « Mini Coyote Plus ». D’une génération à l’autre, l’encombrement est moindre et la reconnaissance vocale fait son apparition, au même titre que le Bluetooth, pour la connexion aux appareils audio compatibles.

Il faudra compter 149 euros TTC pour acquérir le dispositif. S’y ajoutera un abonnement mensualisé (12 euros par mois pour un engagement d’un an ; 10 euros par mois sur 2 ans) ou prépayé (mêmes tarifs). L’ensemble s’appuie sur les réseaux 2G/3G pour remonter les infos en provenance des autres boîtiers du réseau Coyote.

Ces données seront aussi exploitées dans le cadre d’un partenariat avec Amaguiz visant à développer « des services de prévention et d’assistance ». Les 1 000 premiers utilisateurs qui s’associeront à cette initiative bénéficieront d’une réduction sur la prime d’assurance et sur le boîtier Coyote (modèle S).

L’application mobile ne risque-t-elle pas de cannibaliser les ventes de boîtiers, qui représentent encore deux tiers du chiffre d’affaires ? Selon le directeur général Benoît Lambert, interrogé par Les Échos, « les deux produits peuvent très bien vivre ensemble ».

Coyote se fixe, à moyen terme, l’objectif d’équilibrer son business entre ses trois segments d’activité : un tiers du CA pour le hardware, autant pour les applications… et la même chose en monétisant ses données recueillies auprès de 5 millions d’utilisateurs, dont 1,5 million d’abonnés.

Crédit photo : LIUSHENGFILM – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur