Dailymotion : Emmanuel Macron prône la souveraineté européenne

EntrepriseFusions-acquisitionsGouvernanceRégulations
dailymotion-macron

Le ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique invite Orange à considérer les “options européennes” pour recomposer le capital de Dailymotion.

L’entrée d’un partenaire chinois au capital de Dailymotion s’oppose à la logique de création d’un marché unique du numérique en Europe. C’est, en substance, le propos tenu par Emmanuel Macron ce 31 mars dans le cadre d’un conseil des ministres franco-allemand* organisé à Berlin.

Pour le ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, il est préférable d’envisager le développement de la plate-forme vidéo avec le soutien de partenaires issus du Vieux Continent, voire de l’Hexagone.

Cet enjeu de souveraineté était déjà au coeur du discours d’Arnaud Montebourg au printemps 2013. L’ancien ministre du Redressement productif s’était interposé dans les négociations amorcées entre Orange (propriétaire à 100 % de Dailymotion) et Yahoo.

Le groupe Internet américain visait une prise de participation à 75 % – et à terme, éventuellement 100 % – pour gagner en influence sur le marché européen. Mais les réserves des pouvoirs publics l’avaient emporté sur ses motivations.

Pour Arnaud Montebourg, il n’était pas question d’ouvrir plus de 50 % du capital de Dailymotion, présenté comme une pépite de la French Tech avec une audience globale qui dépasse aujourd’hui les 120 millions de visiteurs uniques par mois (comScore, 2014) dix ans après sa création par Cédric Tournay.

Actionnaire d’Orange à environ 25 %, l’Etat français garde un œil sur les différentes initiatives de l’opérateur, qui est depuis lors passé par la case Microsoft, tout en s’entretenant avec Softbank ou encore Vivendi, à travers Canal Plus.

La piste chinoise

Fin 2014, le P-DG Stéphane Richard avait effectué une tournée en Asie. Il était notamment entré en contact avec le milliardaire hongkongais Li Ka-shing à travers son conglomérat Hutchinson… Mais aussi avec le fils de l’homme d’affaires, qui gère la holding PCCW (médias, télécoms).

Au lendemain du conseil d’administration d’Orange du 11 mars 2015, il a été fait allusion à des “discussions avancées” avec PCCW pour lui céder 49 % du capital de Dailymotion.

L’opération valoriserait la plate-forme vidéo à 250 millions d’euros, dette comprise. Elle aurait surtout vocation à ouvrir des perspectives d’expansion à l’international, à l’heure où Dailymotion est confronté à une problématique de génération d’audience et de monétisation de contenus face au rouleau compresseur YouTube (lequel serait lui-même à peine rentable pour sa maison mère Google).

Bien qu’Orange assure qu’aucun processus de négociation exclusive n’a été enclenché, Emmanuel Macron est monté au créneau. “Il est nécessaire que toutes les options puissent être examinées en prenant en compte l’enjeu de souveraineté européenne“, explique au Figaro une source du ministère, confirmant l’information relayée par Le Monde.

A la différence d’Arnaud Montebourg, Emmanuel Macron n’opposera pas de veto au choix du conseil d’administration d’Orange pour la recomposition du capital de Dailymotion. Il invite toutefois l’opérateur à considérer les options européennes. En l’occurrence Axel Springer et Bertelsmann en Allemagne, ainsi qu’AlloCiné en France, via sa maison mère Fimalac.

* Lors de ce conseil des ministres, Emmanuel Macron et son homologue allemand ont préconisé la mise en place d’un “cadre réglementaire approprié pour des plates-formes structurantes au niveau européen”. Technologies cloud et big data seront au coeur de la stratégie numérique pour les prochaines années.

Crédit photo : Thomas Pajot – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur