DB2 grille la politesse à SQL Server

Cloud

Microsoft a enfin réussi à réintroduire son serveur de gestion de bases de données SQL Server au top 5 des serveurs Windows 2000 les plus performants du marché. Mais en dépit des optimisations ? au niveau des composants logiciels comme du hardware ? le système est loin de dominer les bancs d’essai. Et IBM, avec DB2 monte sur la première marche du podium.

Durant un mois à San José, en Californie, le TPC ? pour Transaction Processing Performance Council ? une association qui mesure les performances transactionnelles des serveurs, a forcé la firme de Redmond à revoir ses chiffres. Et a retester les configurations de SQL Server pour que ses résultats soient acceptables. Microsoft a donc travaillé d’arrache-pied avec Compaq Computer à Houston, Texas? Résultat ? Parmi les performances les plus élevées, SQL Server 2000 Enterprise Edition enregistre 262 243 transactions par minute sur 12 serveurs ProLiant 8500 en “cluster”. Cela dépasse de 15% le record établi par Microsoft et Compaq en fevrier dernier. SQL Server 2000 est désormais sur le point de partir en fabrication, pour une livraison sur le marché nord-américain deux mois plus tard. Le hic ? Les chiffres de Microsoft sont encore loin d’égaler ceux d’IBM dont le récent record s’élève à 440 879 transactions par minute avec DB2 fonctionnant sur des serveurs Netfinity équipés des processeurs Pentium III Xeon d’Intel et fonctionnant sous Windows 2000.

De son côté, IBM se félicite d’être le premier fournisseur de base de données certifié sur Windows 2000, avant Oracle et Microsoft. Et souligne que cette certification signifie que des tests indépendants garantissent la robustesse de DB2. Big Blue rappelle aussi que DB2 intègre des technologies qui ne sont pas fournies dans les packages “standard” d’Oracle, comme les fonctionnalités XML de transaction B to B, et les fonctionnalités avancées de recherche d’information ? au moins dix fois plus rapides que sur les bases de données traditionnelles ? ainsi que les premières implémentations du nouveau standard SQL, pour optimiser les cycles de développement de 40%.

Pour sa part, Oracle garde un silence prudent sur les bancs d’essai effectués sur ses serveurs de bases de données depuis plusieurs mois, au moins depuis les résultats que Microsoft annonçait en février dernier. Robert Shimp, directeur produit senior chez Oracle déclare : “Nous ne prévoyons pas de faire des bancs d’essais TPC dans un futur proche. Nous ne voyons pas l’intérêt pour nos clients.” Mais Jeff Jones, directeur produit senior chez IBM fait remarquer que participer au benchmarks du TPC est bénéfique pour les deux parties : la firme comme ses clients. “Ces bancs d’essais mettent vraiment nos labos sous pression et poussent le produit dans ses retranchements et vont là où nous n’irions pas. Ce qui optimise le produit. Mais aucun distributeur ne recommanderait l’achat d’un produit sur la seule foi d’un benchmark.”

Microsoft et Compaq ont utilisé pour leur part des clusters de 8 et 12 serveurs de bases de données Compaq ProLiant 8500. Chaque serveur était équipé de 8 processeurs Xeon Pentium III d’Intel cadencés à 700MHz ou à 550MHz et d’une mémoire de 8 giga octets. De plus, les systèmes mesurés comprenaient 24 à 36 serveurs d’applications fonctionnant avec Internet Information Server de Microsoft. Parmi les nouveautés dans les configurations les plus récentes, on trouve les processeurs cadencés à 700MHz et le logiciel ServerNet II comme l’interconnexion haute vitesse entre les serveurs de bases de données dans ce cycle de test. Ces résultats interviennent après que le record de Microsoft du 17 février dernier, date du lancement de Windows 2000, aient été invalidés le 29 juin dernier en raison de la carence de capacité de la clé principale de mise à jour de SQL. Cette fonctionnalité permet des mises à jours dans les colonnes de la table de la clé principale, et ces colonnes définissent l’identifiant unique de chaque ligne dans une table.

Les résultats de Microsoft sont basés sur Windows 2000 et SQL Server 2000, qui seront disponibles à la fin de l’été. Microsoft estime parallèlement que SQL Server devrait générer un chiffre d’affaires d’un milliard de dollars au cours de l’exercice fiscal 2001.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur