Une délégation de start-up françaises va tâter le marché IT russe

EntrepriseStart-up

Lors d’un voyage d’affaires à Moscou organisé par Ob’vious, un bouquet de jeunes pousses françaises rencontreront des étudiants, des investisseurs et des chercheurs du technopôle Skolkovo (bonus vidéo).

(Update le 13/06/12 à 11h49) Le cabinet français Ob’vious, qui veut développer les partenariats franco-russes autour des nouvelles technologies, organise un voyage d’affaires à Moscou entre le 14 et 17 juin.

Il embarque une délégation de jeunes pousses françaises sur place : visite de l’université Lomonosov (Moscow State University), networking, rencontre avec les investisseurs et visite de Skolkovo, le méga-technopôle en cours de création près de la capitale russe.

“L’idée est de monter une petite délégation française afin qu’elle puisse ensuite porter la bonne parole auprès des différentes communautés”, déclare Yannick Tranchier, fondateur d’Ob’vious.

Huit jeunes pousses françaises vont participer à ce voyage d’affaires : Outre Ob’vious, on trouve BCA3 (sécurité IT), Adelit (conseil en technologies), Cintel (qualité de services télécoms), DoYouBuzz (création de CV Web), EMCo3 (simulateur de corps humains), ParisLabs (réseaux sociaux, social shopping) et Kameleoon (conversion trafic-clics sur les sites Web).

“C’est un début timide. Modestement, nous allons essayer de créer des passerelles pour parvenir à des automatismes à terme. Oseo soutient notre démarche et Ubifrance va nous aider sur place”, assure Yannick Tranchier.

Une manière de promouvoir le savoir-faire russe dans les nouvelles technologies (physique, mathématique, financement…) mais aussi d’ôter des doutes sur des préjugés concernant le pays (hacking, corruption…).

Néanmoins, il est vrai que si le marché russe représente un filon technologique, il demeure singulier pour des entrepreneurs français (barrières linguistiques, règlementations, traditions…).

Mais on progresse dans le sens de l’ouverture : des équipementiers télécoms comme Alcatel-Lucent font du business et le réseau social BtoB Viadeo a ouvert un bureau en Russie en fin d’année dernière.

“Mais on souffre fortement de la comparaisons avec les projets collaboratifs. Il y a eu environ 60 projets allemands et 40 projets finlandais pour 5 projets français” (citation updatée le 13/06/12)

Début 2012, des start-up françaises ont déjà effectué des voyages d’affaires en Russie pour rencontrer des investisseurs.

De manière isolée, la start-up française Capptain avait attiré l’attention du fonds d’investissement russe Runa Capital (1,5 million de dollars levés).

Retrouvez toute l’actualité sur les nouvelles technologies russes sur East-West Digital News.

Spot officiel du parc technologique de Skolkovo (via YouTube) :


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur