Dell-EMC : HP se réjouit des risques du mariage

CloudData-stockageEntrepriseFusions-acquisitions
hp-dell-emc
2 1

Gestion de la dette et des effectifs, intégration des offres produits : autant d’enjeux qui vont selon HP, fragiliser le nouvel ensemble Dell-EMC.

Quels atouts et quels risques ? L’industrie IT s’interroge sur les implications du rapprochement entre Dell et EMC.

En associant leurs forces dans un rachat record évalué à 67 milliards de dollars (le premier prenant le contrôle du second), les deux sociétés vont former un géant des infrastructures IT susceptible de venir contester le leadership mondial de HP, avec un chiffre d’affaires de 80 milliards de dollars.

Pour la principale intéressée Meg Whitman, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Mais on peut en douter à terme.

Dans un e-mail transmis à ses collaborateurs, la patronne du groupe HP souligne les faiblesses du nouvel ensemble Dell – EMC, qui « croulera sous les dettes », avec 2,5 milliards de dollars d’intérêts à régler chaque année sur les 50 milliards souscrits en dette pour financer l’opération.

Autant de fonds qui « ne pourront pas être alloués à la R&D ou à d’autres segments d’activité critiques », comme le note TechWeekEurope.

Autre frein selon Meg Whitman : les enjeux d’intégration, que ce soit au niveau des RH (près de 200 000 employés à gérer) ou des offres produits. « Les clients ne sauront plus si les solutions qu’ils adoptent seront encore prises en charge 18 mois plus tard ».

À l’inverse, la position de HP serait renforcée par la scission qui se prépare pour le 1er novembre 2015.

L’actuelle branche « Printing and Personal Systems » exercera sous la marque HP Inc. Elle gérera PC, stations de travail, clients légers, tablettes, POS, calculatrices, imprimantes, scanners, consommables… ainsi que les logiciels et services liés.

Les services IT et les infrastructures pour data centers seront placés sous la coupe de HP Enterprise, qui, d’après Meg Whitman, « a la capacité de conserver son leadership sur le marché de l’infrastructure ». Et de conclure, tout en nuances : « L’accord Dell-EMC valide notre stratégie. […] La réalité est que nous avons deux ans d’avance et qu’il sera difficile de nous rattraper ».

Le montage imaginé par Michael Dell et ses partenaires financiers – MSD Partners, Silver Lake – passe par une intégration d’EMC au sein du groupe Dell et le maintien de VMware comme entité séparée, cotée en Bourse. L’opération doit être finalisée entre mai et septembre 2016.

Crédit photo : Iaroslav Neliubov – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur