Delphine Remy Boutang : “Seuls 28% des dirigeants de TPE-PME sont des femmes”

ManagementNominationsRégulations
Delphine Remy Boutang (640x426)

Founder & CEO de The social Bureau et co-organisatrice avec Catherine Barba de La Journée de la Femme Digitale, Delphine Remy Boutang partage sa vision de l’entrepreneunariat au féminin.

ITespresso.fr : Pourquoi cette première journée de la “femme digitale” ? Qu’est-ce qui la distingue d’autres initiatives sur le même thème ?

Delphine Remy Boutang : Catherine Barba et moi nous sommes rencontrées à l’occasion de plusieurs événement dédiés à l’entrepreunariat et / ou aux femmes. Au fur et à mesure de nos discussions nous avons réalisés que ni l’une ni l’autre n’aurait connu le même parcours professionnel sans le digital. Cet extraordinaire canal nous a permis, chacune à notre manière, de nous lancer et surtout de concilier vie professionnelle et personnelle.

La Journée de la femme digitale s’est créée sur ce constat. Et puis sur l’idée aussi que nous avons tous besoin de rôles modèles. Nous avons eu la chance de rencontrer des femmes d’exception qui nous ont impressionnées, et nous avions envie de partager leur énergie avec d’autres femmes. Nous avons choisi l’angle du digital qui est dénominateur commun de toutes leurs actions. Car au-delà de ces rôles modèles, l’idée est aussi de désacraliser les outils de type linkedin et Twitter pour ceux qui n’osent pas encore.

Nous avons donc défini un programme de décryptage extrêmement pragmatique et qui sera présenté par des professionnels avertis. Cet événement connait d’ores et déjà un intérêt international grandissant avec des conférences satellites qui se tiendront simultanément à San Francisco, Londres, et Sydney.

ITespresso.fr : Les femmes sont encore peu nombreuses aux commandes des DotCorps. La nouvelle économie reproduit elle les mauvaises habitudes de l’ancienne ?

Delphine Remy Boutang : Certes elles sont encore peu nombreuses mais déjà beaucoup plus présentes dans la nouvelle économie ! Je crois que le management s’organise différemment et que les DOTCorps. n’hésitent plus – ou en tous cas moins – à confier des postes à haute responsabilité à des femmes, à l’instar de Google, Yahoo, Twitter ou même tech City. Les femmes sont d’ailleurs d’excellentes digital entrepreneurs par leur capacité à communiquer et faire preuve d’une certaine social intelligence. Elles écoutent et aiment collaborer.

Dans l’économie “traditionnelle”, même si certaines femmes ont réussi à se hisser au plus haut rang de certaines entreprises, ces exemples restent encore minoritaires : seules dans 28% de TPE-PME, les dirigeants sont des femmes. Un chiffre encore trop faible surtout si l’on considère que la femme a souvent un taux de réussite supérieur à l’homme ! On peut même se demander si l’entrepreunariat féminin ne serait pas un excellent levier économique pour combattre la crise économique que nous traversons.

Après 15 ans dans une industrie où les hommes sont prédominants, je me suis découverte une âme d’entrepreuneur. Je n’avais pas imaginé combien se serait dopant et exaltant : il faut remplacer la peur de l’inconnu par de la curiosité. La peur est une barrière a la créativité. Nous nous devons apprendre à viser plus haut et découvrir quelque chose de plus grand.

ITespresso.fr : Et au-delà des managers, observez-vous des usages numériques différents parmi les femmes sur le Net ou le mobile ?

Delphine Remy Boutang : Les femmes sont connectées en permanence ! elles sont multi-tâches et sont habituées à gérer de nombreuses choses en même temps. Elles ont visiblement moins de peine que les hommes à concilier vie personnelle, de famille et vie professionnelle. Sur le Net, elles se montrent plus aventureuses, n’hésitant pas tester et commenter un nouveau service.

Une femme digitale : des femmes passionnées par les technologies qui se lancent dans l’entreprenariat pour se frayer un chemin dans un monde dominé par les hommes encore. MAIS les règles changent, jetant les bases d’un nouveau paysage de l’entreprenariat dans les technologies, que nous sommes bien décidées à conquérir !

 

La journée de la femme digitale se tiendra le 8 mars prochain dans le centre de Paris.

Plus d’informations sur : http://www.lajourneedelafemmedigitale.com/

 

Catherine BARBA : “Les marques doivent se lancer dans le digital”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur