Des scientifiques conçoivent le plus petit système de stockage au monde

Cloud

C’est une percée majeure en informatique quantique que des chercheurs américains et britanniques ont réalisée.

Une équipe de chercheurs issus des Universités de Princeton et d’Oxford et du ministère américain de l’Energie (US Department of Energy) a utilisé l’électron et le noyau d’un atome phosphoreux intégré à un cristal de silicone. L’électron et le noyau se sont comportés comme des aimants quantiques miniatures, capables de stocker de l’information quantique.

“L’électron fait office d’intermédiaire entre le noyau et le monde extérieur”, déclare John Morton, qui a participé aux recherches au St. John College d’Oxford. “Avec ce système, nous disposons d’un environnement idéal : hautes vitesses de traitement grâce à l’électron et longue durée de mémoire grâce au noyau”.

Alors que la mémoire était stockée dans le noyau pendant seulement un dixième de seconde, l’équipe a réussi à garder les informations accessibles pendant presque deux secondes.

Les chercheurs étudiant l’informatique quantique ont récemment calculé que si un système quantique pouvait stocker des informations pendant au moins une seconde, les techniques de correction d’erreur pourraient ensuite protéger ces données pendant une période de temps indéfinie.

“Personne ne savait vraiment pendant combien de temps un noyau pourrait préserver des informations quantiques dans ce système”, déclare Steve Lyon, responsable de l’équipe de Princeton. “Grâce aux cristaux cultivés avec soin par l’équipe Berkeley et à des mesures extrêmement précises, nous avons été heureux de constater que les durées de mémoire dépassaient le seuil.”

Adaptation d’un article de Vnunet.com en date du 25 octobre intitulé Scientists build world’s smallest storage device


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur