Des utilisateurs Mac riches et économes

Cloud
Information - news

L’étude Nielsen/Netratings de la fin de semaine dernière à fait bondir : selon elle, les utilisateurs de Mac sont des catégories socioprofessionnelles supérieures, ayant fait des études, habituées au Net et enclines à dépenser leurs sous sur le Réseau ! Mais l’arbre cache peut-être la forêt : une étude du service général d’informatique de l’Université de Liège tendrait à montrer qu’ils sont également économes !

Une étude Nielsen/Netratings, à prendre pour ce qu’elle vaut, indique que les utilisateurs de Mac ont tendance à être de bonnes cibles pour les départements de marketing ! La raison ? “Avec des revenus personnels supérieurs à la moyenne et des diplômes, la population des utilisateurs de Mac représente une cible très attirante pour les professionnels du marketing, tant en ligne que hors-ligne”, indique l’étude. Et de préciser que plus de 70 % des utilisateurs de Mac ont un niveau universitaire (55 % pour l’ensemble des internautes), que plus de 50 % d’entre eux utilisent l’Internet depuis au moins cinq ans, qu’ils sont plus enclins que les utilisateurs de PC à monter leur site Web et un peu plus consommateurs de produits en ligne que les autres utilisateurs d’ordinateurs ! Enfin, si la part de marché d’Apple est inférieure à 5 % aux USA (moins de 4 % en France), 8,2 % de l’utilisation domestique d’Internet y est réalisée par des aficionados de la Pomme. “Dans beaucoup de cas, il s’agit d’un marché que les publicitaires regardent de près quand ils réalisent la promotion de nouveaux produits ou améliorent des produits”, a indiqué TS Kelly, l’un des principaux analystes de Netratings, à nos confrères de ZDNet. Par mesure de précaution, NetRatings a précisé qu’Apple faisait bien partie de ses clients mais que la firme n’avait pas commandité cette étude et n’avait pas été avertie de ces résultats avant leur publication.

Coût d’achat et coût d’utilisation

Mais ce que l’étude ne dit pas, c’est la très forte disparité des utilisateurs de Mac : le Mac compte également un fort marché de l’occasion et les machines frappées de la Pomme gardent un bon niveau de revente longtemps après leur apparition sur le marché. Ces machines ont souvent servi de porte d’entrée dans le clan Apple. Mais la culture d’Auvergnat ou d’Ecossais des adorateurs de Mac est peut-être plus encore mise en valeur par une analyse réalisée par Pascal Beaujeant du service général d’informatique de l’Université de Liège en Belgique : celui-ci a indiqué au site Macunlimited que dans les comparaisons de coût total d’acquisition, la consommation électrique ne semblait pas être prise en compte. Beaujeant tire quelques conclusions bien senties issues de son expérience au coeur d’un parc d’ordinateurs composé de Mac à 20 % et de machines sous Windows et Intel pour le reste. L’étude porte sur une utilisation de machines tournant sous G4 côté Mac et de Pentium 4 côté PC. Pour une utilisation sur 220 jours par an, 8 heures par jour, l’économie d’énergie générée par le remplacement des 4 000 PC par des Mac se situe à hauteur de 85 000 euros par an au moins ! Mais l’étude de Beaujeant met de côté certains besoins du Pentium (comme la consommation de la mémoire cache, ou d’un ventilateur) et paraît conservatrice. La conclusion resterait valable quand même : à machines de dernière génération similaires, le Mac serait 80 % moins vorace en énergie ! Un résultat qui demande à être confirmé, mais qui tendrait à aller dans le sens de précédentes études comme celle, récente, du Gartner Group (voir édition du 27 juin 2002). Et qui soulève une interrogation : vaut-il mieux économiser sur un ordinateur à l’achat ou à l’utilisation ? Pour l’instant, aucun organisme sérieux ne semble avoir mené d’étude véritablement complète sur le sujet?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur