“DigiNotar hacking” : un faux certificat d’authentification émis pour le domaine Google

AuthentificationMarketingSécurité

Aux Pays-Bas, DigiNotar a émis un faux certificat pour les noms de domaine en “google.com”, perturbant l’intégrité du Web. Après Comodo, c’est un nouveau coup dur pour les mécanismes de certification.

C’est un nouveau coup de massue pour l’intégrité du Web.

Et en particulier pour les mécanismes de certification déjà mis à mal dans le hacking du fournisseur de solutions dédiées Comodo.

Le 10 juillet 2011, un faux certificat pour les noms de domaine en “*google.com” de Google, dont “gmail”, a été délivré par DigiNotar.

Considéré comme une autorité dans ce domaine, ce fournisseur de services Internet, d’origine néerlandaise, a émis un certificat biaisé d’authentification de norme X.509 pour plusieurs noms domaines de Google (en “google.com”).

Dès lors, des utilisateurs ont pu se connecter à des sites Internet identifiés comme authentiques (notamment le service de messagerie Gmail), la présentation du certificat faisant foi.

Or ces sites n’appartiennent pas à Google. Leurs identités ont été usurpées.

On pense tout de suite au précédent “Comodo hacking” du nom d’un autre éditeur de solutions d’authentification (américain cette fois-ci).

Un hacker iranien avait réussi à commander à Comodo neuf certificats pour sept domaines détenus par des sociétés comme Microsoft, Yahoo, Google, Skype ou encore Mozilla.

Si les certificats ont rapidement été révoqués, il faut garder à l’esprit que certains navigateurs Internet ne vérifient pas la liste de révocation.

Ils peuvent continuer donc de considérer la connexion au serveur comme sûre. C’était le cas de la déclinaison du navigateur Chrome sous Linux.

Une nouvelle fois, il s’agirait d’un hacker iranien à l’origine de la commande de ce certificat.

Google a d’ores et déjà fait savoir qu’elle révoquait ce certificat émis par DigiNotar comme un préalable à une enquête plus fouillée.

En l’état, il est toutefois difficile de savoir quels ont pu être les dégâts causés par ce faux vrai certificat émis par DigiNotar.

(Lire la fin de l’article page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur