Droit à l’oubli sur Internet : NKM veut élargir le débat au niveau de l’ONU

Cloud

Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’Etat en charge du Développement de l’économie numérique, veut sensibiliser les membres du FGI, instance consultative des TIC des Nations-Unis.

Après avoir initié un débat sur le droit à l’oubli sur Internet (ou comment les utilisateurs peuvent maîtriser les données diffusées sur Internet), Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’Etat en charge du Développement de l’économie numérique, compte sensibiliser la communauté internationale à ce sujet lors du quatrième édition du Forum sur la Gouvernance de l’Internet (FGI, instance consultative de l’ONU), organisée à Charm el Cheikh en Egypte les 14 et le 15 novembre prochains.

L’angle sera plus général puisque ce sera  l’harmonisation des pratiques en matière de protection de la vie privée qui sera retenu.

Un sujet qui mobile également la Commission Nationale Informatique et Liberté. Lors de la Conférence mondiale des Commissaires à la protection des données qui s´est tenue à Madrid entre le 4 et 6 novembre, les représentants de 80 autorités de protection des données (dont la CNIL) ont à l´unanimité voté une résolution visant à établir “des standards internationaux sur la protection des données personnelles et de la vie privée”.

Alex TÜRK, Président de la CNIL, considère ce premier pas comme “historique”. “Nous sommes parvenus à élaborer un corpus de principes communs adaptés aux dernières évolutions technologiques”, a-t-il déclaré.

De son côté, NKM a officialisé hier une consultation nationale (professionnels et grand public) afin d’élaborer d’ici la fin du premier trimestre 2010  une “charte commune d’engagements visant à renforcer le respect de la vie privée sur Internet”.

Les contributions pourront être déposées sur un site Internet du secrétariat d’Etat, dont la mise en ligne est prévue le 25 novembre prochain.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur