DVD -RW ou +RW ? Une question de royalties…

Mobilité

Le format de DVD réinscriptible “+RW” vient de trouver un soutien de taille avec Dell. Le premier fabricant de PC au monde rejoint Hewlett-Packard, Thomson, Sony, Verbatim, Ricoh et Yamaha derrière le format de Philips. Face au DVD+RW, le DVD-RW soutenu par Pioneer et validé par le DVD Forum va devoir faire face, sans parler du DVD-Ram de Panasonic. Le (juteux) marché des magnétoscopes numériques est en jeu.

Annonce remarquée lors de la dernière PC Expo, rebaptisée Techxny : Dell rejoint l’alliance DVD+RW. Le premier constructeur de PC au monde commercialisera des ordinateurs équipés de graveurs de DVD au format “+RW” d’ici Noël. “C’est un choix logique pour Dell”, explique Loïc Martinelli, responsable marketing des produits Dell en France, insistant sur la “compatibilité” et la “convergence” offertes par le format de Philips. Le premier assaut contre le format concurrent avait eu lieu au CeBIT en mars dernier (voir édition du 26 mars 2001). La différence se situe entre le “-” du DVD-RW et le “+” du DVD+RW. Le DVD-RW est arrivé par le biais de Pioneer qui commercialise d’ores et déjà des graveurs via NEC notamment (voir édition du 13 mars 2001).

Des différences techniques mineures

“C’est un gros, très gros marché”, insiste Nicolas de Saint Rémy, responsable des ventes pour l’Europe du Sud chez Yamaha. “Il s’agit tout simplement du remplacement des magnétoscopes”, explique-t-il. “Pionneer fait figure de challenger avec le DVD-RW, tandis que face à lui le groupe autour du DVD+RW grossit. En marge, il y a Toshiba, Hitachi et Panasonic avec le DVD-Ram”. Entre les différents formats, Yamaha n’a pas encore tranché, du moins pas officiellement. Nicolas de Saint Rémy estime que les différences techniques sont mineures : “C’est vraiment pour faire chacun son format, mais c’est surtout une question de royalties. Ça me fait penser à la bataille entre les formats de cassettes vidéo : Betamax, VHS et V2000”, note-t-il. On pense aussi aux droits récoltés par Philips et Sony sur chaque CD vendu dans le monde…

Au milieu du champ de bataille, le DVD Forum a “validé” un certain nombre de formats. DVD-R (non réinscriptible), DVD-Ram et DVD-RW sont sur la liste. Pas le DVD+RW. Pour quelle raison ? “C’est politique”, se borne à répondre Gerard Smelt, du laboratoire de calibrage du DVD Forum qui se trouve être… le laboratoire de vérification des formats de DVD de Philips qui, lui, soutient son DVD+RW. “Aujourd’hui, le forum n’est pas une autorité d’homologation”, tient à préciser Eric Bouchet, chef produit technologie sur la gamme Pavilion de Hewlett-Packard (le fabricant de PC a participé à la mise au point du format DVD+RW). Il rappelle l’existence de l’Alliance DVD+RW, qui réunit ses défenseurs. A noter que face à elle, on trouve aussi la RW Promotion initiative qui supporte le standard -RW… Le chef produit chez Hewlett-Packard justifie le choix du DVD+RW par des arguments plus techniques. “Je me place du point de vue de l’utilisateur”, affirme-t-il, avant de citer la gestion des erreurs de copie, la vitesse d’accès non linéaire ou encore la rapidité de la fermeture de session et le multisession. “Pas mal de différences”, qui sont pourtant rarement mises en avant.

Pioneer se pose en précurseur

Du côté du DVD-RW, Pioneer insiste : “Notre format est validé par le DVD Forum.” Avant de mettre en avant le rôle de “précurseur” de la marque “plutôt que challenger”. “Nous proposons des graveurs de DVD professionnels depuis trois ans et demi”, rappelle un porte-parole qui ajoute : “Nous présidons le groupe de recherche du DVD Forum sur le DVD enregistrable.” La marque croit en son format. Du côté de Panasonic et du DVD-Ram, Claude Gesunheit, responsable des ventes périphériques, met en garde : “Attention à la compatibilité !”, lance-t-il, rappelant que ni les DVD-RW, ni les DVD+RW ne pourront être lus sur tous les lecteurs DVD de salon. Panasonic, soucieux d’offrir à ses clients un format lisible sur ces lecteurs de salon, a en effet choisi d’ajouter à ses graveurs de DVD-Ram la possibilité de créer des DVD-R (voir édition du 30 mai 2001). “Nous respectons ce qu’on a dit”, explique Claude Gesunheit, en citant le passage du DVD-Ram 2,6 Go à 4,7 Go, puis au double face en attendant l’arrivée des combinés DVD-Ram/R.

Commentant l’affrontement entre le DVD-RW et le DVD+RW, il acquiesce : “C’est vrai que c’est une bataille de standards”, avant d’ajouter que “c’est le marché qui choisira”. Une analyse partagée par tous les acteurs, mais un choix qui aura des conséquences différentes selon le rôle de chacun. Ainsi Loïc Martinelli, responsable marketing des produits Dell en France, avoue que si le DVD-RW l’emporte face au DVD+RW grâce aux prix ou à une stabilité technique supérieure, Dell aura “tout le temps de changer [pour le DVD-RW]”. Autant dire que pour les consommateurs, il est urgent d’attendre. On serait tout de même bien déçu si jamais il n’y avait pas de standard commun entre les PC et les magnétoscopes numériques. Un petit effort, messieurs les constructeurs…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur