Echec de la réunion Intel-fabricants de Rambus

Mobilité

Elle devait durer deux jours, en fait une seule a suffi. La réunion entre les fabricants de Rambus et Intel a permis de mettre au grand jour les divergences profondes entre les deux groupes, à la fois sur le prix de RD-DRAM et sur le volume de production souhaitée.

Le grand meeting convoqué par Intel sur la Rambus (voir édition du 18 mai 2000) ressemble bien à un fiasco. En effet, prévu pour durer deux jours, les constructeurs de mémoire l’ont quitté à la fin de la première journée. Raison de leurs mécontentements, les désidératas d’Intel. Le numéro mondial des processeurs souhaitait s’assurer une production constante de la part de ses alliés malgré les faibles marges et la faible demande du marché. Les constructeurs de mémoires demandaient en échange une assurance que les partenaires OEM d’Intel achèteraient effectivement leurs stocks de puces contrôleuses de barrettes. Les deux groupes n’ont pas réussi à parvenir à un accord sur cette question ni sur celle du prix de la RD-DRAM.

Là aussi, la volonté exprimée par Intel semble irréalisable pour les fabricants. Le fondeur désire que les barrettes de RD-RAM soient vendues juste 30 % plus cher que celles de capacité équivalente en SD-RAM. Impensable pour les fabricants, ce niveau de prix ne leur permettrait pas de faire une marge suffisante sur la Rambus, une barrette SD-RAM coûtant trois fois moins chère à produire que son homologue en Rambus.

Dernière erreur d’Intel semble-t-il, avoir voulu joué la division entre ses partenaires. Le fondeur avait en effet exprimé le souhait de rencontrer un à un les constructeurs. Au contraire, ces derniers se sont présentés groupés, l’union faisant la force. Cette union sacrée leur a permis d’afficher une position commune forte face à Intel, ce qui explique sûrement en partie l’issue prématurée de cette réunion.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur