ECI Telecom veut offrir à l’ADSL les débits de la fibre optique

Cloud

ECI a formé un consortium pour déployer sur paire de cuivre une technologie
concurrente à la fibre optique.

A l’occasion du Broadband World Forum Europe, qui se déroule à Paris (Cnit) du 9 au 12 octobre 2006, l’équipementier israélien ECI Telecom (qui a notamment équipé les centraux de France Télécom en concentrateurs des lignes ADSL), présente aujourd’hui jeudi 12 octobre 2006 une nouvelle technologie qui pourrait révolutionner les communications haut débit sur paire de cuivre.

Baptisée Dynamic Spectrum Management (DSM), cette technologie permettrait d’offrir de débits aussi élevés que ceux de la fibre optique, selon ECI. Autrement dit, assurer des transferts de données en dizaines de mégabits via la simple prise téléphonique. Pour le moment, le constructeur n’a pas détaillé les capacités du DSM qui s’affiche comme une évolution majeure de la technologie DSL. Le DSM s’attacherait à supprimer les interférences inhérentes aux technologies DSL et qui limitent les taux de transfert.

“L’obstacle principal à l’évolution de la technologie DSL sont les interférences (“crosstalk”) générées par les différentes lignes DSL qui partagent la même connexion téléphonique”, souligne John Cioffi, professeur à l’Université de Stanford. “DSM est une technologie prometteuse pour l’évolution des réseaux haut débit basés sur l’infrastructure en paire de cuivre.”

Une telle évolution permettrait aux opérateurs d’offrir à leurs abonnés des services équivalents à ceux attendus avec la fibre optique sans avoir à investir dans de coûteux aménagements pour déployer un nouveau réseau. Au risque de contrecarrer les plans de développement de certains opérateurs. En France, notamment, France Télécom a lancé des expérimentations en début d’année (voir édition du 14 février 2006) et Iliad/Free a annoncé un plan d’investissement de 1 milliard d’euros pour relier les abonnés (voir édition du 11 septembre 2006). Neuf Cegetel devrait annoncer une initiative similaire pour 2007. Quant à CiteFibre et Erenis, ils proposent des services sur fibre optique depuis plusieurs mois au marché parisien.

ECI se place à la tête d’un consortium qui réunit notamment les opérateurs espagnol Telefonica et israélien Bezeq, ainsi que les firmes technologiques Actelis, RIT Technologies et Amethist. Soutenu par le gouvernement israélien (le Chief Scientist Office of the Israeli Government), le consortium attend un financement de 10 millions de dollars sur trois ans.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur