Elysée 2007 : Echovox a recensé 12 000 inscriptions sur Présidentielles.com

Mobilité

La société suisse, qui a diffusé par mobile les premières estimations sur le
nom du prochain Président avant l’heure légale, a réalisé un coup médiatique.

“Cela s’est très bien passé”. C’est en ces termes que Sylvain Boj, Directeur générale d’Echovox, résume l’opération “Présidentielles.com”. Le site Internet, exploité ce fournisseur suisse de solutions mobiles (comme Zong.com), a servi de point d’accroche pour lancer une opération de buzz atypique sur mobile mi-SMS mi-Wap (via un système de logo): révéler en avant-première (dimanche soir à partir de 18h00) des premières estimations concernant le nom du nouveau Président de la République française. Rappelons que la législation française interdit aux médias française de donner cette information avant une heure légale (20h00).

Pari tenu pour Echovox. Dimanche après-midi, un rédacteur de Vnunet.fr s’est inscrit à ce service mi-Internet mi-mobile (facturé 1,50 euro TTC) et a reçu comme convenu les premières estimations à 18h09 sur son terminal portable ( “Estimation de la Suisse : Sarkozy l’emporterait avec 53-55% des votes”). Selon nos informations, l’initiative Présidentielles.com a généré 12 000 inscriptions. Un score honorable sachant que cette opération ponctuelle avait démarré le lundi 30 avril.

Echovox assure n’avoir rencontré aucun blocage de la part des autorités françaises. On aurait pu imaginer que cette initiative soit scrutée par la Commission nationale de contrôle de la campagne en vue de l’élection présidentielle. Mais la société high-tech suisse qu’elle n’a pas été approchée dans ce sens. “Notre initiative, pilotée depuis la Suisse, a parfaitement respecté la législation française”, assure Sylvain Boj.

A louer, à vendre : le nom de domaine Présidentielles.com

Selon notre enquête, Echovox a utilisé plusieurs “sous-traitant” pour monter son coup médiatique. Prenons le volet de l’inscription : Echovox a exploité un numéro court (83 700) de type SMS Plus que sa filiale française détient. Autre intervenant : l’opérateur suisse Swisscom avec lequel Echovox avait signé un accord de type “SMS bulk” (envoi massif de SMS).

Quant au nom de domaine Présidentielles.com, il a été loué le temps d’une semaine auprès de la société suisse Virtual Network, un éditeur de services Internet et spécialiste de la revente de noms de domaine. Il s’agit plutôt d’un petit deal entre amis puisque Virtual Network dispose d’une part minoritaire dans?Echovox.

“Cela s’est très bien passé”. C’est en ces termes que Sylvain Boj, Directeur générale d’Echovox, résume l’opération “Présidentielles.com”. Le site Internet, exploité ce fournisseur suisse de solutions mobiles (comme Zong.com), a servi de point d’accroche pour lancer une opération de buzz atypique sur mobile mi-SMS mi-Wap (via un système de logo): révéler en avant-première (dimanche soir à partir de 18h00) des premières estimations concernant le nom du nouveau Président de la République française. Rappelons que la législation française interdit aux médias française de donner cette information avant une heure légale (20h00).

Pari tenu pour Echovox. Dimanche après-midi, un rédacteur de Vnunet.fr s’est inscrit à ce service mi-Internet mi-mobile (facturé 1,50 euro TTC) et a reçu comme convenu les premières estimations à 18h09 sur son terminal portable ( “Estimation de la Suisse : Sarkozy l’emporterait avec 53-55% des votes”). Selon nos informations, l’initiative Présidentielles.com a généré 12 000 inscriptions. Un score honorable sachant que cette opération ponctuelle avait démarré le lundi 30 avril.

Echovox assure n’avoir rencontré aucun blocage de la part des autorités françaises. On aurait pu imaginer que cette initiative soit scrutée par la Commission nationale de contrôle de la campagne en vue de l’élection présidentielle. Mais la société high-tech suisse qu’elle n’a pas été approchée dans ce sens. “Notre initiative, pilotée depuis la Suisse, a parfaitement respecté la législation française”, assure Sylvain Boj.

A louer, à vendre : le nom de domaine Présidentielles.com

Selon notre enquête, Echovox a utilisé plusieurs “sous-traitant” pour monter son coup médiatique. Prenons le volet de l’inscription : Echovox a exploité un numéro court (83 700) de type SMS Plus que sa filiale française détient. Autre intervenant : l’opérateur suisse Swisscom avec lequel Echovox avait signé un accord de type “SMS bulk” (envoi massif de SMS).

Quant au nom de domaine Présidentielles.com, il a été loué le temps d’une semaine auprès de la société suisse Virtual Network, un éditeur de services Internet et spécialiste de la revente de noms de domaine. Il s’agit plutôt d’un petit deal entre amis puisque Virtual Network dispose d’une part minoritaire dans?Echovox.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur