En route vers l’entreprise mobile

Mobilité

Dans les prochains mois, les entreprises auront un défi à relever : celui d’intégrer la mobilité à leur organisation et leurs processus. Du coup, ce thème est au coeur des manifestations dédiées à l’informatique, au CeBit de Hanovre ou à la conférence annuelle du Gartner Group…

Le numéro 1 des PGI, l’allemand SAP, a profité du CeBit pour annoncer une alliance avec HP et Vodafone visant à commercialiser des applications professionnelles consultables sur un terminal mobile, via les réseaux mobiles. Bien évidemment, dans le cadre de cette alliance, SAP prend en charge la partie applicative : il s’agit en somme d’adapter certaines parties de son PGI R/3 à une utilisation dans les conditions décrites. Plus précisément, les applications concernées sont relatives à la vente et à la relation client car ? autre évidence ? ces applications sont destinées aux travailleurs nomades, au premier rang desquels les commerciaux. En toute logique, HP fournira les matériels, serveurs et terminaux. Quant à Vodafone, l’opérateur apportera sans surprise ses services de télécommunications mobiles. Car l’idée de l’alliance est d’aboutir à une offre packagée associant logiciels, matériels et communications.

De fait, la mobilité est plus que jamais dans l’air du temps au CeBit : côté grand public, téléphones GSM-GPRS à écran couleur, équipés de caméra, lecteurs MP3, jouaient à nouveau les vedettes quelques semaines après le 3GSM World Congress. Dans une optique plus professionnelle, AMD présentait pas moins de douze nouveaux processeurs destinés aux ordinateurs portables (voir édition du 12 mars 2003), sans oublier Intel qui lançait le Centrino, fer de lance de sa stratégie autour de WiFi (voir édition du 12 mars 2003).

Le WLAN, une valeur en hausse

Loin de là, à Florence, mais toujours sur le thème de la mobilité, le Gartner Group présentait une étude lors de sa conférence printanière rituelle destinée aux directeurs informatiques européens. Il en ressort que c’est un marché promis à une forte croissance, et ce dès 2003. Croissance qui résulte de la conjonction de deux phénomènes : du côté des entreprises s’affirment des besoins accrus en matière de télétravail et de mobilité des salariés alors que les fournisseurs oeuvrent sans relâche pour imposer leurs produits. Ainsi, au niveau mondial, les dépenses réalisées par les utilisateurs finaux en matériels permettant de se connecter à des réseaux locaux sans fil ou WLAN, c’est-à-dire des points d’accès à Internet de type hotspot WiFi, ont-elles progressé de 38 % pour atteindre 2,3 milliards de dollars. En termes d’unités livrées, la progression est supérieure à 100 % pour atteindre 15 millions d’adaptateurs et 4,4 millions de points d’accès et passerelles. Le différentiel entre la progression des ventes en valeur et en volume s’explique par une baisse des prix en 2002, en moyenne de 37 %. Gartner table sur une nouvelle baisse de 25 % en 2003. En toute logique, les PC tendent de plus en plus à être équipés de fonctionnalités WLAN : alors qu’en 2002, environ 10 % des ordinateurs mobiles livrés en étaient dotés, cette proportion atteindra 31 % en 2004 et 68 % d’ici à 2007. Par ailleurs, Gartner ne prévoit pas une cannibalisation des téléphonies GPRS et 3G par le WLAN, ces technologies étant plus complémentaires que concurrentes. Au niveau des points d’accès, Gartner estime qu’il y avait en 2002 environ 6 000 hotspots à l’échelle mondiale, dont 57 % aux Etats-Unis et 14 % en Europe. Le Vieux Continent rattrapera son retard, dû aux contraintes réglementaires, avec 5 000 points d’accès opérationnels d’ici à la fin 2003. D’ici à 2007, il y aura 11 millions d’utilisateurs réguliers et 12 millions occasionnels. Dans ce contexte, Gartner incite les entreprises à penser dès à présent à la façon dont la mobilité va modifier leur organisation et leurs processus.

PME-PMI : SAP à la recherche de la bonne formuleRetour à Hanovre. Parallèlement à la mobilité, un autre thème se démarquait : l’équipement informatique des PME-PMI. Le chancelier allemand, Gerhard Schr|der, a en effet présenté un plan de financement destiné à aider les PME-PMI allemandes à s’informatiser. C’était l’occasion pour SAP de réaffirmer ses ambitions sur ce marché. Ambitions qui passent par la constitution d’un réseau de vente indirecte. Dans le but de convaincre d’éventuels partenaires, distributeurs et éditeurs, SAP serait sur le point de lancer une panoplie d’outils logiciels et de services, indique le site américain news.com… En France, un bilan sera donné dans les prochains jours sur les résultats de la stratégie mid-market de SAP, environ un an après sa présentation. On sait d’ores et déjà que l’éditeur a gagné 20 contrats en 2002, que son réseau indirect comprend 17 distributeurs et qu’il devrait compter 10 nouveaux partenaires en 2003. Au troisième trimestre 2003, SAP lancera une nouvelle offre, dite Business-One, dédiée aux PME “avancées”, c’est-à-dire à celles qui, malgré leur taille, ont des besoins informatiques pointus. Pour elles, un réseau de distribution de 35 partenaires est en cours d’élaboration. Bref, il semble que l’éditeur cherche encore la bonne formule pour s’imposer sur ce marché qu’il tente d’investir depuis 1996, sans véritablement rencontrer le succès.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur