Enquête sur le boom e-commerce du « fait-maison » : Etsy, le modèle américain à suivre

Deuxième volet de l’enquête sur les marketplaces spécialistes du « fait-main » avec la société américaine pionnière Etsy, qui a ouvert une version française début 2012.

etsy-modele-americain-business-ecommerce-fait-maison-enquete

Pas si loin de l’état d’esprit de l’Allemand DaWanda, le concurrent américain Etsy s’est aussi établi en France il y a un peu moins d’un an.

Créée par Rob Kalin en 2005 à Brooklyn, cette plateforme fait figure de pionnière dans le domaine du e-commerce « fait maison ».

Elle dispose désormais de plusieurs bureaux aux Etats-Unis (Hudson, Cote Est et San Francisco, Cote Ouest) mais aussi à Berlin.

Le financement est assez impressionnant : en mai 2012, la société a levé 40 millions de dollars auprès d’Index Ventures, en association avec Union Square Ventures et Accel Partners mais aussi Burda (groupe média allemand).

Tous ces investisseurs avaient déjà participé à un tour de table précédent, d’un montant de 20 millions de dollars (remontant à août 2011).

Selon TechCrunch, Etsy a englouti 92 millions de dollars depuis ses premiers pas.

Elle réunit aussi une communauté d’internautes soucieux d’adopter un mode de consommation différent reposant sur l’achat et la vente de produits en petites séries, en dehors des standards de la grande consommation.

Plateforme pionnière de  vente de produits créatifs et vintage, Etsy s’est donnée pour ambition de « donner un nouveau visage aux créateurs qui privilégient la fabrication de créations en petites séries, préférant favoriser  l’humain à la production de masse ! »

La technologie a fait tomber les barrières, explique-t-on chez Etsy, en favorisant la création d’un lien direct entre  le créateur et le consommateur.

L’impact grandissant des réseaux sociaux a permis que  la chaîne de valeur ne soit plus éclatée entre créateur, fabricant, distributeur, grossiste et commerçant.

« Désormais une seule et même personne peut  maîtriser cette chaine de valeur tout en conservant  un lien privilégié avec le consommateur »,  affirme la société américaine dans son argumentaire.

A l’instar de DaWanda, Etsy accompagne les créateurs en leur donnant les moyens de faire grandir leur projet grâce à des outils communautaires : Craft night (la « nuit du fait-main »), manuel du vendeur, newsletter Etsy Success, Online Labs, Meetup, bourses …), une centaine de contenus éditoriaux et  des chats vidéo (de « comment créer son activité » à « comment diffuser ses produits sur Facebook »)…

Début 2012, Etsy a donc lancé la version française de sa plateforme.

Les créateurs indépendants français vont rejoindre les 20 millions de membres présents dans le monde entier.

Etsy.com revendique 42 millions de visiteurs uniques par mois.

100 millions de créations « fait-main » ont été vendues depuis 2005. Et le nombre de boutiques en ligne excède désormais les 800 000.

L’impact des réseaux sociaux est majeur. La société Internet américaine affiche 1,8 million de followers Twitter et plus d’1 million de fans de sa page Facebook. Etsy revendique également une présence massive sur Pinterest.

La mobilité au pouvoir

C’est l’un des gros axe de développement : la mobilité. Selon Etsy, un utilisateur sur quatre a déjà adopté le m-commerce. Alors qu’un tiers du chiffre d’affaires est déjà réalisé via des smartphones.

Le site affirme dès lors sa volonté d’augmenter notablement son trafic via les mobiles. D’où l’annonce du rachat de la société New-Yorkaise Lascaux Co Inc, qui a conçu l’application Mixel pour iPhone et iPad.

Une application maintes fois récompensée qui permet la création et le partage sur les réseaux sociaux des collages réalisés à partir de photos personnelles.

Elle a été acquise pour permettre la création de nouvelles applications « répondant aux attentes des utilisateurs Etsy et qui soient en adéquation avec ses valeurs de créativité ».

Evoquant une croissance de 244% des visites via mobile, Etsy mise sur le développement du m-commerce à moyen terme.

Pour la société américaine, cette acquisition vient soutenir sa politique de développement sur mobile.

Sachant qu’en 2012, Etsy a lancé sa propre application pour terminaux  iPhone, iPad et Androïd, et disponibles en plusieurs langues (français, anglais néerlandais, allemand…).

Kellan Elliot-Mc Crea, Directeur technique d’Etsy, commente :  « Le trafic généré par les mobiles aux Etats-Unis devrait dépasser celui des ordinateurs avant la fin 2014. Pour accompagner ce mouvement, il était important que l’équipe Mixel nous rejoigne pour nous apporter son expertise et sa créativité. »

Le business d’Etsy est florissant. La société affiche un chiffre d’affaires de 895,1 millions de dollars en 2012, soit une progression de 70,3% sur un an (525,6 millions de dollars en 2011).

Quiz : Maîtrisez-vous le paiement en ligne ?

A lire également : Enquête sur le boom e-commerce du « fait-maison » (volet 1) : le cas DaWanda

Derniers commentaires



0 replies to Enquête sur le boom e-commerce du « fait-maison » : Etsy, le modèle américain à suivre

Laisser un commentaire

  • Les champs obligatoires sont indiqués avec *,
    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

14:40:29