Equipements télécoms chinois : le gouvernement français serait plus ferme

Mobilité
routeurs-chinois-gouvernement-france-etats-unis

Au-delà des cœurs réseaux, il serait interdit aux opérateurs français de recourir plus largement à des équipements télécoms d’origine chinoise (Huawei…).

Prolongement logique des recommandations de l’ANSSI et des préconisations du sénateur Jean-Marie Bockel dans son rapport sur la cyber-défense ?

Le gouvernement envisagerait d’aller plus loin dans l’interdiction d’utilisation d’équipements télécoms chinois dans les réseaux des opérateurs français.

Pour des raisons de sécurité nationale, le matériel en provenance de fabricants comme ZTE ou Huawei sont déjà interdits dans des cœurs de réseaux.

Mais, selon Les Echos, le gouvernement pourrait aller plus loin en bannissant les groupes télécoms chinois de marchés moins sensibles comme la fourniture de stations de base pour les réseaux mobiles.

Dans ce cas, des opérateurs comme SFR ou Bouygues Telecom, clients de Huawei, seraient affectés.

On s’agite beaucoup avec la prochaine livraison du Livre blanc de la Défense (un document de référence pour l’Etat français portant sur les grandes orientations stratégiques du secteur de la Défense).

Ces réflexions sont à mettre en lien avec la tendance au protectionnisme économique en période de crise. Elles favoriseraient des groupes industriels nationaux comme l’équipementier télécoms Alcatel-Lucent.

Le débat fait rage aussi aux Etats-Unis.

Compte tenu des tensions avec la Chine, notamment en raison des vagues de cyber-attaques réciproques, l’administration Obama et le Congrès américain ont déjà exclus des acteurs comme ZTE ou Huawei pour des raisons de sécurité.

Dernier épisode : le gouvernement américain tente de faire pression sur la holding Internet japonaise Sofbank qui cherche à acquérir Sprint Nextel, le troisième opérateur mobile.

Il exige que le fournisseur chinois Huawei soit écarté de la liste des sous-traitants.

Huawei et ZTE peuvent affirmer avec véhémence qu’ils ne laisseront jamais les autorités chinoises s’appuyer sur leurs équipements télécoms pour favoriser l’espionnage d’Etat.

Les enjeux des intérêts vitaux des nations priment avant toute considération commerciale.

(Credit photo : Shutterstock.com – Copyright : Mikhail hoboton Popov)

Quiz : Hacking, phishing, spamming? La sécurité sur internet n’a pas de secret pour vous ?

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur